Cook'n'Roll

25 juillet 2016

Salade de pastèque au boeuf séché et huile de Provence

Salade_Pasteque_Callas-10-2

Envie de plats légers avec les journées bien chaudes de ce début d'été! Je vous propose une salade très rafraîchissante et légère à base de pastèque , fromage frais, fines tranches de boeuf séché et fumé (dont je dois encore vous donner la recette!), quelques amandes pour le croquant, et un simple assaisonnement à base de cette très bonne huile d'olive de Provence AOC Moulin de Callas dont j'ai visité  les installations lors de mon séjour dans la région (Callas, Var).

Voilà, tout simple, sain et frais, juste parfait pour un repas léger lors d'une chaude journée d'été!

Ingrédients (pour 4 personnes):
1/2 petite pastèque sans pépins
10 tranches très fines de boeuf séché et fumé (ou bresaola)
2 salades sucrines effeuillées
2 càs d’huile d’olive AOC de Provence (Moulin de Callas AOC)
60g de feta (préalablement marinée dans huile d’olive et thym)
10 tomates-cerises rouges et jaunes
2 càs d’amandes effilées
1/2 citron (le jus)
Sel et poivre

Préparation:
Peler et couper la pastèque en dés.
Couper la feta en dés et la faire mariner dans un peu d’huile d’olive, poivre, thym.
Couper les tomates-cerises en deux ou quatre. Effeuiller la salade. Trancher très finement le boeuf séché.
Torréfier les amandes à sec dans une poêle.

Salade_Pasteque_Callas-1 Salade_Pasteque_Callas-6

Monter simplement la salade: feuilles de salade, pastèque, tomates, feta, boeuf séché. Presser un demi citron et assaisonner d’huile d’olive, sel, et poivre. Saupoudrer les amandes.
Mélanger à table avant de servir!

Salade_Pasteque_Callas-10   Salade_Pasteque_Callas-19
Retrouvez et LIKEZ la
page Facebook de Cook’n’Roll: facebook24

Posté par gbogaert à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


22 juillet 2016

Humus Botanical Gastronomy - humus in the fields

Humus

J'ai découvert la cuisine végétale de Nicolas Decloedt lors d'un atelier culinaire qu'il animait au printemps chez Mmmmh! J'avais déjà eu des échos très alléchants de sa cuisine et je n'ai vraiment pas été déçu par les quatre plats frais, créatifs, et pleins de saveurs cuisinés avec ses légumes comme ingrédients principaux.

Nicolas définit sa cuisine comme 'végétale' plus que végétarienne, et c'est le sentiment qu'elle dégage: un travail créatif et précis autour du légume, visant à en exprimer toutes les saveurs, et sans chercher  - comme c'est parfois le cas dans la cuisine végétarienne - a 'remplacer' une protéine animale dont on se passe finalement très volontiers pourvu que le produit soit de qualité et bien mis en valeur.

20160714_191830    20160714_192036  20160714_192637    20160714_192904

Nicolas Decloedt s'est fait un nom dans le paysage gastronomique bruxellois grâce à la table d'hôtes qu'il anime avec son amie dans le nord de Bruxelles. Pressé de gouter encore à sa cuisine; ’je me suis rendu avec MadameCiao à la table d'été d'Humus Botanical Gastronmy, dressée pour les beaux jours a Gooik en plein Pajottenland (à 15 minutes de Bruxelles) dans une ferme aménagée avec énormément de gout et bordée d'un joli jardin potager.

Après une petite visite de ce dernier, en profitant des derniers rayons du soleil, Nicolas et sa petite équipe nous accueillent sur la terrasse avec un verre de Kéfir au fenouil et calendula. On parle de la boisson fermentée (maison) au kéfir ici, pas de yaourt, et sa saveur légèrement acide s'accorde à merveille avec les parfums floraux du calendula. L'occasion de faire connaissance avec nos futurs voisins de table.

20160714_192618  20160714_192722  20160714_192338

La grande table dressée dans la pièce principale du corps de ferme est illuminée de la douce lumière du soleil couchant, et vingt convives s'y installent pour ce voyage en Légumie.

Une dizaine de petits plats se succèderont, plus étonnants et succulents les uns que les autres.
Pour chacun, Nicolas précise l'origine de ses produits, à laquelle il porte une attention toute particulière, n'hésitant manifestement pas à faire le tour du pays (et de son jardin) pour y dégoter des légumes, herbes, huiles et produits laitiers triés sur le volet, produits avec respect et amour, exclusivement de saison, et bien entendu pleins du gout pur et à pleine maturité qu'on peut attendre d'une telle approche.

20160714_193409  20160714_193712  20160714_194059  20160714_195608

Accompagnés de vins bio et naturels tout aussi qualitatifs, bien faits et parfois surprenants, les mets se succèdent au rythme parfait de nos découvertes et de nos conversations avec nos nouveaux amis de table: tuiles de sarrasin croquantes et  houmous; gazpacho très rafraichissant de feuilles de capucines et concombre (une très belle découverte!); une composition surprenante de grenailles, vieux chèvre et mousse aérienne de fleurs sureau ensuite; crème de moutarde et haricots coupes en cuillère ; incroyable choux-raves en deux façons (mariné et snacké) - qui nous ont un temps fait croire à des St-Jacques - et accompagnés d'une crème d'agastache et d'un jaune d'œuf fumé rappelant la saveur réconfortante d'un œuf au bacon; délicieuse déclinaison de chou pointu accompagné de glace au miso (ooooh cette glace au miso !!!) et d'une crème de tofu; de petites aubergines juste grillées au barbecue et servies avec une caponata ensoleillée et un ketchup maison bien relevé; avant de terminer encore avec un dessert à base de cerises de Gooik, vermouth de Mathieu Chaumont (Hortense), une émulsion de beurre noisette et glace à la sauge du jardin, rien que ça!

20160714_200501  20160714_200608  20160714_200648  20160714_202203

Une cuillère de groseilles a maquereaux et granité de tonic et origan pour finir ce repas en douceur sur un incroyable macaron (je croyais ne plus les aimer!) à l'estragon qui a fini de mettre d'accord l'ensemble de notre table sur l'incroyable talent de notre hôte!

20160714_204125  20160714_210840  20160714_214238  20160714_215330

Bref, une vraie, belle, très belle découverte! Une cuisine végétale exposant dix, explosive de saveurs, surprenante par ses associations toujours justes, équilibrées et bien pensées. Courez-y!!

Humus Botanical Gastronomy - toutes les infos et les dates "in the fields" sont ici: http://www.humusgastronomy.be/

Surveillez également l'agenda des cours de Mmmmh! pour d'autres ateliers de Nicolas dès la rentrée.

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 juillet 2016

Epaule d’agneau au foin, jus à la lavande

Agneau_Foin_Lavande-53

L’association européenne des éleveurs d’agneau (les interprofessions ovines française Interbev, irlandaise Bord Bia et britannique Eblex) m’a proposé pour le lancement de leur campagne «L’agneau. Si simple si bon» de participer à un petit concours de recettes entre blogueurs culinaires, une occasion de re-découvrir et cuisiner la qualité de cette viande savoureuse et dont j’ai parfois tendance à oublier qu’elle est particulièrement délicieuse quand bien produite et cuisinée! Bien que le souvenir des gigots d’agneau piqués d’ail de ma grand-mère, dévorés au son des grillons dans son jardin de Provence, est très tenace…
C’est donc tout naturellement que j’ai voulu préparer une belle épaule d’agneau avec quelques produits tout juste ramenés de mes vacances dans le sud de la France. J’avais expérimenté la cuisson au foin en cocote (et en croute de pain, je vous en reparle!) avec de la volaille, j’ai appliqué cette même technique à la cuisson de l’agneau, avec un filet d’huile d’olive de Provence et une sauce (très) légèrement parfumée à la lavande.
La cuisson en cocote lutée permet d’éviter le dessèchement de la viande, et de parfumer la chair des saveurs du foin fraichement coupé. Le fumet qui s’échappe de la casserole lorsqu’on casse la croute de lut est enivrant, et la chair parfumée de l’agneau s’accorde à merveille avec la douce saveur du foin et un jus de cuisson réduit avec une touche de lavande provençale!

J’ai accompagné ma viande de pommes de terre cuites au four, et de délicieuses jeunes carottes rôties au four au sirop d’érable et cumin, une chouette idée pêchée à la Table d’Aline.

Note: J’ai eu la chance de passer mes vacances au bord d’un champ sauvage récemment fauché et de récupérer une quantité de foin de première qualité, si vous n’avez pas cette opportunité, on trouve en animalerie du foin des Alpes bio (c’est indispensable!) qui fait parfaitement l’affaire.

Ingrédients:
1,7kg d’épaule d’agneau -- produit offert
4 poignées de foin bio
4 gousses d’ail
2 càs d’huile d’olive
1 càc de miel (de lavande)
2 brins de lavande
20g de beurre
200g de farine
Sel de mer et poivre

Pour les carottes:
1 botte de jeunes carottes bio
1 càs d’huile d’olive
2 càs de sirop d’érable
1 càc de cumin en poudre

Foin-2  Agneau_Foin_Lavande-1  Agneau_Foin_Lavande-5  Agneau_Foin_Lavande-7

Préparation:
Amener la viande à température ambiante. Préchauffer le four à 240°.
Huiler l’épaule et saler au sel de mer fin.
Dans une cocote, poser 1 càs d’huile d’olive, puis 2 poignées de foin. Disposer les gousses d’ail légèrement écrasées du plat de la main.
Poser une seconde couche de foin.
Sceller le couvercle avec un boudin de pâte (lut) réalisée en ajoutant de l’eau à la farine, petit-à-petit jusqu’à obtenir une boule de pâte non collante dont on forme un boudin de 2cm de diamètre.

Agneau_Foin_Lavande-11  Agneau_Foin_Lavande-15  Agneau_Foin_Lavande-28  Agneau_Foin_Lavande-30

On peut préalablement insérer une sonde au coeur de la viande et luter autour du câble, de façon à contrôler la cuisson: on veut atteindre 58-60° à coeur (ce qui nécessite de sortir la cocote du four à +/- 56°, la température continuant à grimper hors du four).
Cuire 15 minutes à 240° puis 45 minutes à 180°. Laisser encore reposer la viande hors du four 20 bonnes minutes avant d’ouvrir la casserole.
Casser la pâte. Débarrasser la viande du foin. On peut dorer la surface de la viande sous le grill quelques minutes ou, comme je l’ai fait ici, au chalumeau.

Agneau_Foin_Lavande-31  Agneau_Foin_Lavande-33  Agneau_Foin_Lavande-35  Agneau_Foin_Lavande-36

Récupérer et filtrer le jus au fond de la casserole, ainsi que la chair fondante des gousses d’ail. Faire réduire dans un poêlon avec l’ail, le miel et la lavande. Filtrer, monter au beurre froid (ajouter le beurre en cubes tout en fouettant sur feu doux), rectifier l’assaisonnement.

Pour les carottes:
Bien les nettoyer et couper les fanes. Peler si nécessaire. Disposer les carottes sur une plaque à four couverte d’un papier cuisson et badigeonné d’huile d’olive. Appliquer du sirop d’érable (ou d’agave dans la version d’Aline) au pinceau et saupoudrer de cumin.

Agneau_Foin_Lavande-18  Agneau_Foin_Lavande-20  Agneau_Foin_Lavande-23  Agneau_Foin_Lavande-26

Cuire une quarantaine de minutes au four à 180° jusqu’à ce que les carottes soient bien rôties et encore un peu fermes.
Servir en accompagnement, saupoudrées de fleur de sel.

Servir l’agneau tranché, accompagné de carottes rôties, pommes de terre au four, et du jus d’agneau au foin et lavande.

Agneau_Foin_Lavande-44  Agneau_Foin_Lavande-68

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 10:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

19 juillet 2016

Fleurs de courgettes à la mozzarella et anchois

FleursCourgettesMozzaAnchois-31-2

Elles étaient tellement belles ces fleurs de courgettes sur ce petit marché provençal… je n’ai pas résisté à les acheter, sans savoir trop qu’en faire, … mais en me disant à voix basse que je trouverais certainement de l’inspiration sur le blog ou dans le livre de recettes d’Edda!
Si vous ne connaissez pas encore ses recettes ensoleillées et magnifiquement illustrées, n’attendez plus pour découvrir
Un Déjeuner de Soleil!
Et donc bingo, je tombe nez-à-nez avec
cette recette provenant de la cuisine de la belle-maman d’Edda: des fleurs de courgettes à peine frites dans un voile de farine et d’oeuf ultra-léger, et renfermant sous leurs pétales croustillant un coeur de mozzarella di buffala coulante relevée d’un morceau d’anchois… Simple, rapide et délicieusement efficace!

FleursCourgettesMozzaAnchois-9   FleursCourgettesMozzaAnchois-1

Ingrédients:
Fleurs de courgettes (ici des femelles, avec leur mini-courgette; mais les fleurs mâles conviennent aussi bien)
Mozzarella di Buffala: un morceau de 5*2*0.5cm par fleur de courgette
Anchois à l’huile: un demi-filet par fleur de courgette
Poivre
Farine
2 oeufs
Huile de friture (2cm dans une casserole suffisamment large pour accueillir les fleurs avec leur tige/courgette, au minimum)

Préparation:
Nettoyer les fleurs délicatement à l’aide d’un tissus humide.
Retirer les pistils et étamines délicatement en veillant à ne pas abimer les pétales.
Poser 1/2 filet d’anchois sur chaque rectangle de mozzarella. Poivrer.

FleursCourgettesMozzaAnchois-11   FleursCourgettesMozzaAnchois-16   FleursCourgettesMozzaAnchois-17

Insérer l’ensemble dans la fleur, puis bien le recouvrir en déployant et en ‘lissant’ les pétales du bout des doigts de façon à ce qu’ils enserrent le plus complètement possible le fromage.
Rouler les fleurs farcies dans un voile de farine (tapoter pour éliminer l’excédent), puis dans les oeufs légèrement battus et assaisonnés.
FleursCourgettesMozzaAnchois-20   FleursCourgettesMozzaAnchois-30   FleursCourgettesMozzaAnchois-28

Frire à 180° jusqu’à ce que les beignets soient bien dorés.
Déguster sans attendre et fondre de plaisir…

FleursCourgettesMozzaAnchois-31   FleursCourgettesMozzaAnchois-36

Retrouvez Cook’n’Roll sur… Cook'n'Roll sur Google+Cook'n'Roll sur Google+Hellocoton52cuisicook52Blog-Appétit.com

 

18 juillet 2016

Pickles de légumes

Pickles_Legumes-22-2

De beaux légumes de saison, le souvenir d’une recette ultra simple de Sang-Hoon Degeimbre (L’Air du Temps**) expérimentée à l’un de ses cours de cuisine, et voilà des légumes en pickles vraiment délicieux à grignoter à toute heure de la journée et surtout à l’apéro! Ou à utiliser en décoration d’un plat ou dans une salade.
La base du pickles est ‘as easy as 1-2-3’: 1 volume de sucre, 2 volumes de vinaigre (blanc), 3 volumes d’eau; faire bouillir et en couvrir les légumes, c’est tout! Ici un des deux volumes de vinaigre blanc est remplacé par un mélange de balsamique vieux (pas trop acide donc) et de vinaigre de vin rouge. L’équilibre des goûts nous a vraiment beaucoup plu!

Ingrédients (pour un bocal):
Mélange de crudités (environ 500g): chou fleur, carottes, jeunes oignons, concombre, radis, céleri, ...)
100g de sucre
100ml de vinaigre blanc
30ml de vinaigre balsamique mi-vieux
70ml de vinaigre de vin rouge
300ml d’eau
2 feuilles de laurier séché
1 càc de sel

Préparation:
Couper les légumes en petits morceaux, rondelles, biseaux, bouquets, bâtonnets, etc...

Pickles_Legumes-1  Pickles_Legumes-3  Pickles_Legumes-6  Pickles_Legumes-17
Faire griller les oignons coupés en deux, à sec dans une poêle jusqu’à ce qu’ils soient noircis.
Faire bouillir le sucre avec les vinaigre, l’eau, le sel et les feuilles de laurier.

Disposer les légumes dans un bocal, verser le liquide bouillant par dessus, laisser refroidir.
Fermer et laisser reposer une journée avant de déguster.

 Pickles_Legumes-24  Pickles_Legumes-27

 Retrouvez et LIKEZ la page Facebook de Cook’n’Roll: facebook24[2]

Posté par gbogaert à 06:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


12 juillet 2016

Moulin CastelaS - Huile d'olive de Provence

CastelaS

J’ai profité de vacances en Provence l’été dernier pour rendre visite à un moulin dont je consomme l’huile depuis quelques années: le Moulin CastelaS au Baux de Provence. Des visites sont organisées deux fois par semaines; elles commencent par une explication et visite des ateliers de production, à l’arrêt à moins  de s’y rendre en période de récoltes. Une dégustation à l’aveugle est ensuite proposée aux visiteurs les plus curieux!

CastelaS-32  CastelaS-11  CastelaS-10  CastelaS-2

C’est Rémi Dumont, en charge de la communication de la société, qui nous emmène visite le moulin de Catherine et Jean-Benoît Hugues. Une partie des 100 hectares d’oliviers tri-centenaires (en moyenne) appartenant à Moulin CastelaS jouxte les ateliers, et nous pouvons déjà y voir les fruits de la prochaine récolte, encore très verts en ce début d’été. Le principal ennemi des olives est une mouche qui est ici éloignée par aspersion d’argile verte (la société travaillant en bio) dont on voit distinctement les résidus sur les fruits. Il y a deux ans malheureusement les fortes pluies ont lavé les olives de cette protection, réduisant de moitié la récolte...

CastelaS-6  CastelaS-15

Dès le mois d’octobre, la quinzaine d’employés permanent de l’entreprise est doublée d’une équipe temporaire durant les trois mois de récolte (mi-octobre à mi-décembre). De grands treillis sont posés au sol, et les fruits détachés de leurs arbres grâce à des ‘mains’ électriques portées à bout de bras par les récolteurs. Les fruits sont ensuite débarrassés mécaniquement des restes de feuilles et branches, avant d’être rapidement lavés et calibrés.

CastelaS-16  CastelaS-3

CastelaS-5      CastelaS-4      CastelaS-21
 
La phase de trituration peut alors commencer. De grandes presses rotatives vont broyer ‘à froid’ l’olive et son noyau (qui apportera une certaine ardence au produit fini), puis de grandes centrifugeuses pourront séparer les corps liquides (les ‘margines’) du grignon (résidu sec qui servira d’engrais ou de nourriture pour animaux). Les margines seront encore centrifugées et filtrées pour éliminer toute eau du produit fini, une infime quantité de celle-ci pourrait en effet accélérer le rancissement de l’huile.
Au final, grâce à une combinaison soignée des huiles issues de quatre variétés (Salonenque, Aglandau, Grossane et Verdale), on obtient le fameux or jaune de Provence, bénéficiant d’une AOP (Appellation d’Origine Protégée décernée par la CE).
Les équipements du moulin peuvent également être mis à contribution pour presser les olives d’autres producteurs (à partir de 10 tonnes, ne venez pas avec votre kilo d’olives!).
L’huile est conditionnée en bouteilles foncées, ou mieux ces dernières années en joli ‘bidons’ métalliques ou autres ‘bag-in-box’ dont les parois opaques et l’absence d’air offrent un parfait conditionnement permettant de conserver l’huile sans rancissement de longs mois. L’idéal étant néanmoins de consommer l’huile jeune, dans les six à douze mois idéalement.

CastelaS-28  CastelaS-22  CastelaS-17  CastelaS-25

Place ensuite à la dégustation, en petit comité. On nous présente six huiles, enfermées dans de petits pots bleus afin de ne pas préjuger de leur qualité sur base de la couleur (une couleur trop jaune étant apparemment de mauvaise augure!).
Fiche de dégustation (Fruité, Acidité, Piquant, Amertume, Arômes, Défauts) sous les yeux, Rémy nous apprend à aspirer une bonne dose d’air, bruyamment (!), avec le liquide, afin de bien répartir ses arômes sur nos papilles.
La première huile est douce, beurrée, légèrement herbacée, avec des notes d’artichaut. C’est un régal! La Classic.

Montée en puissance ensuite avec la Mas de l’Olivier développant des arômes herbacés et plus de piquant.
Petit piège ensuite avec la découverte d’une huile (du commerce) rance... pas immangeable à mon goût mais présentant cet arrière-goût typique de peinture, de solvants!

L’huile suivante me fait fort penser à celle qui m’a fait découvrir le Moulin CastelaS: des arômes plus prononcés d’olive noire, tout en restant assez douce. Il s’agit de la Noire d’Olive, qui précède la Fruité Noire offrant elle de francs arômes d’olive très mûre, noire, de cacao presque. Une huile atypique, puissante, qui relève joliment un plat de ses arômes d’olive mûre, comme cette recette que j’avais proposée aux Moulins CastelaS.

CastelaS-23  CastelaS-20  CastelaS-19  CastelaS-34

Ces deux dernières huiles ne sont pas, comme je le croyais, issue du fruit mûr. Les olives ont un même degré de maturité que les autres olives de la production, mais sont mises à fermenter trois (Noir d’Olive) à sept jours (Fruité Noir) en anaérobie afin de développer ces arômes si caractéristiques.
La CE est malheureusement récemment intervenue pour limiter la période entre la récolte et le pressage à trois petits jours... reléguant de facto dans un avenir proche la Fruité Noir AOP à un ‘produit à base d’olives’ et non une ‘huile d’olive’! Cette dernière disparait donc de la gamme - j’ai fait quelques réserves - au profit de la Noir d’Olive qui offre de belles notes mûres également, mais un rien moins prononcées.

Nous goûterons encore l’huile Seigneurs des Baux, mélange des productions de Jean-Benoit Hugues et deux de ses amis de la vallée des Baux, et une huile aux herbes de Provence (thym et romarin) fraîches et incorporées à l’huile dès les premiers instants du broyage. On est loin (très loin) des huiles tout-venant de supermarchés!
Une petite découverte encore lors de notre retour en boutique: l’huile à la menthe et basilic, que j’ai très hâte d’utiliser pour aromatiser une salade bien fraiche, un taboulé provençal, ou un gaspacho trendy ;-)

CastelaS-24  CastelaS-30

Une belle découverte donc. Un plaisir énorme aussi de découvrir les hommes et femmes, le terroir, les paysages, les techniques, le produit qui se cache derrière cette bouteille d’huile que j’apprécie depuis longtemps! Je ne la regarderai et ne l’utiliserai probablement plus tout à fait de la même façon, et c’est réjouissant de savoir que j’aurai une pensée et le son des grillons les prochaine fois que je l’utiliserai!

Si vous êtes de passage dans la région, n’hésitez pas à vous arrêter un instant pour découvrir les secrets de ces huiles d’exception!

Moulin CastelaS
Mas de l'Olivier - 13520 Les Baux de Provence
Tel : +33 (0)4 90 54 50 86
info@castelas.com
Ouvert tous les jours, visites sur réservation d’avril à septembre (plus d’infos)

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 09:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 juillet 2016

Bouchéry

Bouchery

C’est avec un immense plaisir que j’ai redécouvert le restaurant gastronomique de Damien Bouchéry et Bénédicte Bantuelle, à Uccle (Bruxelles).
A l’initiative de The Fork, qui propose le menu du restaurant Bouchéry dans son offre de découvertes culinaires à tarifs avantageux, nous avons profité d’une des premières (et rares) journées ensoleillées de ce mois de juin pour nous attabler dans le jardin et déguster une sélection des mets délicats préparés par le chef.

Bouchery-1  Bouchery-4  Bouchery-56  Bouchery-5

Mais pas que! Avant de passer à table, le chef a levé un large voile sur ses fabrications ‘maison’, sa passion pour le ‘homemade’ et l’utilisation de toutes les parties des produits qu’il travaille. Le pain d’abord. Ce pain! Farine de meule, levain, poussée lente et attentionnée, quotidienne, pour poser à table une belle miche dorée, bombée, croustillante… accompagnée de beurre fait maison également! Damien le réalise sous nos yeux ébahis, en fouettant la meilleure crème (Beillevaire) pour en extraire le petit lait avant de taper la masse de beurre entre des plaques de bois et de finalement l’assaisonner d’un délicieux mélange d’épices réalisé lui aussi dans la cuisine.

Bouchery-24  Bouchery-26  Bouchery-29  Bouchery-33

Bouchery-49  Bouchery-59  Bouchery-60  Bouchery-19


Une visite dans les caves du restaurant nous dévoile d’autres merveilles: jambon (de chez Hoeve Cuvry) mis un mois en saumure puis séché plus de huit mois avant d’être détaillé en fines tranches fondant sur la langue… Coppa, boeuf séché, fromage au lait cru, légumes fermentés, ail noir (“cuit” un mois au rice cooker!), sirop et pétillant de sureau, Damien Bouchéry réalise lui-même une belle sélection de produits qui viendront accompagner ses plats créatifs, aux côtés des herbes sauvages qu’il aime également cueillir dans le Brabant Flamant tout proche pour le plus grand plaisir de nos papilles!

Bouchery-38  Bouchery-40  Bouchery-43  Bouchery-41

Bouchery-46  Bouchery-45  Bouchery-51  Bouchery-53

Après cette étonnante visite des cuisines du restaurant, un rapide coup d’oeil à la salle toujours aussi reposante, immaculée, splendide quand les rayons de soleil traversent les stores blancs opaque pour venir éclairer les tables blanches tranchant sur le bois blond et miel du sol et des meubles. Pour l’heure c’est la terrasse qui nous attend pour un déjeuner taillé sur mesure pour mettre encore mieux en valeur les produits que le chef nous a fait découvrir.

Bouchery-18  Bouchery-14  Bouchery-12  Bouchery-10

Un apéritif au gin et sirop de sureau pour commencer. Suivi d’un oeuf mollet, lentilles germées et jets de houblon couverts d’une émulsion de pomme de terre aérienne, superbe.

La joue de veau est fondante et se mangerait à la cuillère, accompagnée de chou blanc lacto-fermenté, de fines tranches de chou Romanesco cru, de noix de cajou réhydratées et d’une touche verte de chénopode. Les saveurs se répondent parfaitement, le jeu des textures est superbe, la joue de veau est incroyablement fondante, un très beau plat!

Bouchery-17  Bouchery-62  Bouchery-65  Bouchery-66

Les fromages! Ces fromages! Tous réalisés dans ces murs, offrant des gouts et textures profonds et variés, une palette de saveur incroyable. Avec un très gros coup de cœur pour le fromage au lait cru de chèvre affiné à la cendre…

Les fraises Lambada enfin sont de (très courte) saison, bien parfumées, et accompagnées de rhubarbe, d’un succulent sorbet aux fleurs de sureau et - surprenant - de coco de Paimpol dont la texture plus farineuse et le goût neutre répondent subtilement à l’acidité des fruits, le tout rafraichi par ce sorbet aromatique et très rafraichissant.

Bouchery-64  Bouchery-69  Bouchery-70  Bouchery-71

Une belle re-découverte de ce lieu dont une première visite m’avait laissé un excellent souvenir. Une très belle découverte cette fois du chef derrière ces jolis plats, de sa passion pour les beaux produits, les choses bien faites, et cette envie (j’allais dire: obsession) de réaliser soi-même un maximum des mets proposés afin de maitriser la qualité du produit de bout en bout, et d’y insuffler au passage son savoir faire, sa passion, et sa créativité.

Bouchéry propose plusieurs menu, en soirée. En utilisant The Fork pour votre réservation, le menu promo est proposé à €55!

Bouchéry
Chaussée D’Alsemberg, 812 A
1180 Bruxelles
Tél. +32 (0)2 332 37 74
Ouvert le soir du lundi au samedi

Posté par gbogaert à 14:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

03 juillet 2016

Pissaladière

Pissaladiere_2016-13

La pissaladière est une tarte aux oignons  et anchois de la région de Nice, qui ado déjà me servait inlassablement de déjeuner en vacances, vite engloutie entre deux sessions de planche! La base de cette tarte est une simple pâte à pain qu’on étalera assez épaisse, recouverte d’une belle couche d’oignons confits. Chaud c’est un régal en été avec une belle salade, et s’il en reste on la terminera froide dans l’après-midi :-)

Ingrédients (pour une tarte de 30*30cm):
Pour la pâte à pain:
- 250g farine
- 7g sel
- 7g sucre (ou miel)
- 5g de levure sèche (ou 7g de fraîche)
- 160ml d’eau tiède

Pour la garniture:
- 4-5 gros oignons doux ou blancs
- 10 filets d’anchois à l’huile
- Olives (optionnel)
- Thym séché
- 1 feuille de laurier
- 1 gousse d’ail
- Sel, poivre

Préparation:
Faire une fontaine avec les ingrédients (sauf l'eau) dans un saladier ; ajouter 1/3 de l’eau tiède et mélanger à la farine en faisant des cercles avec quatre doigts d’une main ; ajouter le reste de l’eau en deux fois. Pétrir pendant 5 minutes ; faire une boule, poser dans un saladier et recouvrir d’un torchon humide (ou film alimentaire).

Laisser gonfler +/- 40 minutes dans un endroit plutôt chaud, sans courants d’air. La pâte doit doubler de volume.
Alternativement, à la machine à pain ça marche parfaitement aussi: tous les ingrédients dans la cuve, programme 'pâte'.

Peler et couper les oignons en deux puis en tranches (2mm). Hacher la gousse d’ail.
Faire chauffer 4-5 càs d’huile d’olive d’olive dans une poêle épaisse ou une cocotte. Ajouter 4-5 filets d’anchois et les ‘dissoudre’ dans l’huile en s’aidant d’une cuiller en bois. Ajouter les oignons et l’ail. Veiller à ne pas les colorer. Ajouter une petite cuiller à soupe de sucre (+/- en fonction du taux de sucre des oignons), une belle càs de thym, une feuille de laurier, sel et poivre.
Laisser compoter à petit feu et à couvert jusqu’à ce que les oignons soient bien cuits (15-20 minutes).

Pisaladière-1      Pisaladière-5

Pisaladière-12      20110713_1757_Pissaladiere_5370

Huiler une plaque à four. Y étaler la pâte en veillant à ne pas trop l’aplatir: l’étirer délicatement du bout des doigts jusqu’à ce qu’elle recouvre la plaque (environ 30*30cm). Couvrir d’un linge humide (qui ne doit pas toucher la pâte sous peine d’y coller: il vaut donc mieux utiliser une plaque à four creuse), et laisser encore pousser 30 minutes.
Préchauffer le four à 240° chaleur tournante.

Cuire la pâte à blanc environ 7 minutes (elle doit être rigide mais pas dorée).
Répartir les oignons sur la pâte, puis garnir de quelques anchois et olives.

20110713_1806_Pissaladiere_5371

Cuire encore 7 à 9 minutes. Servir avec une salade.

20110713_1846_Pissaladiere_5381

Posté par gbogaert à 15:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

02 juillet 2016

Salade d'aubergines (Zaaluk)

Zaaluk-2
Une recette très simple apprise lors d’un stage de kite par les cuisinières marocaines de l’UCPA Dakhla Dreamkite! Je découvre la cuisson en cocote-minute, rapide et très pratique pour cette recette (qui peut être réalisée en cuisson plus longue dans une casserole traditionnelle).
A déguster chaud en accompagnement ou tiède, en dip ou sur du pain toasté, à l’apéritif pat exemple!

Ingrédients :
4 petites Aubergines
3 tomates
3 gousses d'ail pressé
3 càs de persil
1 càs de zaatar
1 càc de cumin moulu
1 càc de curcuma moulu
1 càc de harissa
2 càc de sel
3 càs d'huile d'olive
50 ml d'eau

Préparation:

Zaaluk-2  Zaaluk-6  Zaaluk-10  Zaaluk-12

Couper les aubergines et tomates en gros cubes.
Cuire tous les ingrédients à la cocote-minute, durant 5 minutes après mise sous pression. C’est tout!

Zaaluk-1  Zaaluk-2-2

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 23:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 juin 2016

Gaspacho de pastèque

GaspachoPasteque-2-2

  

L'été a officiellement fait son entrée, je peux vous proposer cette recette d'une simplicité déconcertante, et très très appréciable bien glacée au soleil! Le mariage de la pastèque et de l'huile d'olive est juste délicieusement surprenant; j'y ai ajouté une pointe de vinaigre pour relever; essayez, c'est un délice! 

Ingrédients (pour +/- 8 verrines):
1 petite pastèque bio bien mûre (1,2kg de chair)
3-4 càs de très bonne huile d’olive
1 càs de vinaigre de Xérès
6 feuilles de basilic
Sel, poivre

Pour la garniture:
1 petite càs de ricotta par personne
Poivre
1/2 feuille de basilic par personne

Préparation:
Couper la pastèque et en extraire la chair. Les variétés ‘mini’ ne contiennent que très peu de pépins; s’il y en a beaucoup, les retirer.
Couper la chair en cubes et mixer finement au blender avec le basilic, l’huile, le xérés, une pincée de sel et un peu de poivre.
Rectifier l’assaisonnement.
Réserver au frais ou même quelques temps au congélateur pour servir glacé.

Fouetter la ricotta à la fourchette avec le basilic émincé en fines lamelles, et une bonne quantité de poivre.

Servir le gaspacho glacé dans de grandes verrines, poser une quenelle de ricotta par dessus.

GaspachoPasteque-1   GaspachoPasteque-2

Retrouvez et LIKEZ la page Facebook de Cook’n’Roll: facebook24

Posté par gbogaert à 18:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Salade Caesar - sauce de Kasper au soja

Caesar_soja-7

J’adooooore la salade Caesar! Pourvu que la sauce contienne de l’anchois! Je vous en proposais déjà une recette basée sur l’excellente sauce de Jean-François Piège ici.
Cette fois c’est la recette d’un autre chef, très cher à mon coeur de gourmand, que je vous propose. Kasper Kurdhal, à l’époque où il nous enseignait son savoir aux académies de Mmmmh! a écrit un délicieux livre avec Carlo De Pascale dans lequel on retrouve pas mal de ses techniques et recettes créatives.
J’ai craqué pour cette sauce Caesar assaisonnée à la sauce soja, au goût profond et presque viandeux, qui s’accorde à merveille avec la fraicheur de la salade croquante, une belle poitrine de poulet rôtie, et le croquant du pain toasté.

Ingrédients (pour 2 -3personnes):
250g de filet de poulet
100g de pain (levain pour moi)
1 belle salade Romaine
100g de salade de jeune pousses

Pour la sauce:
200g de mayonnaise
5 filets d’anchois à l’huile, égouttés
1 gousse d’ail
1 càs de sauce soja foncée
1 càc de jus de citron
2 càc de câpres au vinaigre ou à l’huile, égouttés
1 càc de vinaigre de macération des câpres, ou de vinaigre de vin blanc
15g de parmesan émietté ou râpé

Préparer la sauce: dans un mixer, mixer tous les ingrédients. Réserver.

Faire dorer les tranches de pain quelques minutes sous le grill du four ou au grille-pain. Détailler des cubes dans la mie. 

Saler et cuire les filets de poulet dans une poêle chaude et huilée. Faire dorer une face dans une poêle épaisse, tourner les filets sur l’autre face, couvrir et couper le feu; attendre 15 minutes et vérifier l’appoint de cuisson. Trancher. Réserver.

Caesar_soja-3  Caesar_soja-4  Caesar_soja-5

Laver les salades et détacher les feuilles de Romaine.

Dresser la salade sur assiette, disposer des morceaux de poulet, les croutons, et des copeaux de parmesan. Rajouter un peu de sauce et servir avec de la sauce à part.

Caesar_soja-9  Caesar_soja-11

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 17:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

19 juin 2016

Amlou - pâte à tartiner marocaine

Amlou-36

J’ai croisé l’amlou bien avant que l’huile d’argan ne devienne un produit de luxe et tendance, lorsque la maman de mon fils m’avait ramené d’un voyage au Maroc une pâte un peu grasse et au goût exceptionnel d’amandes et de miel. Ce goût particulier, renforcé par celui de la noix d’argan, s’était enfoui dans ma mémoire gustative avant d’y être réveillé à l’occasion de récents voyages à Casablanca et à l'UCPA Dreamkite de Dakhla (Maroc)… Cette pâte y est traditionnellement proposée au petit déjeuner - ou à toute heure de la journée - avec un morceau de pain marocain. C’est un délice, gras et sucré, au délicat goût des amandes broyées, du miel et de l’huile d’argan qui la composent. La combinaison des saveurs est parfaite, douce, explosive... J’en ai ramené un ou deux pots… vite vidés, à la cuiller ou du bout du doigt!

Difficile à trouver sous nos latitudes, je me suis mis en tête d’en réaliser moi-même. Trois ingrédients: l’huile d’argan (assez onéreuse, ma version bio vient elle aussi de mon dernier voyage marocain), amandes bio et miel liquide (d’oranger marocain pour cette version, mais un miel d’eucalyptus ou d’acacia ou ‘toutes fleurs’ fera l’affaire, pourvu qu’il soit de qualité). Trois ingrédients qui se doivent dès lors d’être d’une qualité irréprochable pour profiter de tous les parfums de l’amlou.
Trois ingrédients, un mixer, et hop! Eh bien non, bien que la recette soit simplissime je me suis heurté à un premier essai catastrophique: mes amandes trop chaudes et/ou mon mixer indien trop puissant ont fait ‘tourner’ la préparation en un blog dur comme de la pierre après avoir recraché toute son huile! Je vous propose donc la technique et les proportions qui m’ont beaucoup mieux réussi lors d’un second essai!
Une tuerie. Vraiment.

Ingrédients (pour un pot):
200g d’amandes entières, bio, avec leur peau
70g de miel (d’oranger par exemple. Maximum 90g)
130ml d’huile d’argan bio (maximum 150ml)

Préparation:
Torréfier les amandes sur une plaque à four, 10 minutes à 170°. Laisser complètement refroidir.
Dans un mixer ou un blender, réduire les amandes en poudre granuleuse. Procéder par à-coups de façon à ne pas trop faire chauffer. On veut une consistance granuleuse (grains de la taille d’un grain de sucre), pas une pâte.

Amlou-15  Amlou-16  Amlou-22

Ajouter 130ml de très bonne huile d’argan. Mixer peu. On doit obtenir une pâte liquide, légèrement huileuse. Rajouter un peu d’huile si nécessaire.
Amlou-23  Amlou-24  Amlou-25

Ajouter 70g de miel et mixer juste assez pour l’incorporer. Goûter! Re-goûter! Ajuster la quantité de miel (je l’aime peu sucré) et d’huile: l’amlou doit être un peu liquide, avec un goût prédominant d’amande et de noix d’argan, torréfié, juste assez sucré.

Amlou-35  Amlou-40

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 14:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

17 juin 2016

Couscous comme à Dakhla

Couscous-25-2

On se régale midi et soir de spécialités marocaine au camp de l’UCPA Dakhla Dreamkite, dans le sud du Maroc. Lors de ma dernière visite, outre de longues heures de kite, j’ai passé un bon moment en cuisine avec Hayat, Hanane et Soumia qui ont gentiment partagé leurs recettes de tajines, olives marinées, grillades, crêpes marocaines, et autres salades de légumes confits… Et puis le vendredi, celui que tout le monde attendait: le couscous! Délicieux avec ses légumes gorgés de soleil, la semoule cuite trois fois à la vapeur, la viande de chameau cuite trèèèèès longtemps, oignons et raisins confits, et une touche de harissa pour réveiller les papilles! Un régal!


Ingrédients:
1Kg de couscous
QS viande à griller ou bouillir (merguez, mouton, poulet, dromadaire, gigot/souris d'agneau, boeuf, ...)
1/4 Potiron
2 Courgette
2 Carotte
3 Tomates
1 beau navet
1/4 chou blanc
2 oignons
3 càc gingembre en poudre
3 càc de sel
2 càc de poivre
1 càc
1/2 bouquet de persil
1 sachet de colorant orange
2 càc de curcuma

Préparation:
Peler et couper les légumes en morceaux. Couvrir d'eau dans une casserole, ajouter les épices et le persil en bouquet ficelé, cuire à petit bouillon 30 à 45 minutes .

Couscous-17  Couscous-3  Couscous-9  Couscous-18

Cuire la viande à la poêle, ou comme ici en casserole à pression (utile pour limiter le temps de cuisson de cette viande de chameau) avec oignons, huile d'olive, sel, poivre, et gingembre.

Mélanger les grains de couscous avec 3-4 càs d'huile d'olive en frottant les grains entre les paumes de façon bien les enduire de matière grasse.

Couscous-4  Couscous-1  Couscous-6  Couscous-5

Cuire une première fois à la vapeur. Quand la vapeur passe au travers de la masse de couscous, transvaser dans un récipient, et asperger de 3-4 càs d'eau fraiche et d'un peu de sel. Laisser reposer 3-4 minutes. Égrener à la fourchette.
Recommencer deux fois (sans sel), ou jusqu'à ce que le couscous soit uniformément cuit et tendre sous la dent.

Poser la viande sur la semoule, couvrir de légumes et du bouillon de cuisson.

Couscous-11  Couscous-12  Couscous-13  Couscous-15

Accompagnement: oignons émincés et raisins secs blonds cuits à feu moyen environ 30 minutes avec cannelle, sucre (très peu), sel, poivre, colorant orange (ou plutôt curcuma).

Couscous-19  Couscous-25  Couscous-23

Suivez CooknRoll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 juin 2016

Tajine de kefta de boeuf

Tajine_Kefta-15-2 

Il y a peu, j’ai refait un tout dans le sud du Maroc pour une semaine de Kitesurf à l’UCPA Dakhla Dreamkite, assez similaire à celle que je vous décrivais dans ce billet (ICI), et avec cette fois l’opportunité de faire plus qu’un petit tour en cuisine et de mettre la main à la pâte avec Hanane, Hayat, et Soumia qui m’ont très gentiment transmis les délicieuses recettes qu’elles préparaient pour le camp. A mon tour de vous en faire profiter, après les avoir refaite pour la plupart à la maison et ajusté les quantités!

Ingrédients:
750g de boeuf haché épais
1/2 càc sel
1/2 càc poivre
2 càs de persil haché (optionnel)

750ml de pasata de tomate
1 càc de piment en poudre (doux)
1 càc de gingembre en poudre
1 càc de poivre
1/2 càc de sel
1 sachet de colorant orange (1/4 càc) - optionnel
1/2 càc de curcuma en poudre
2 gousses d'ail pressées
1 bouquet de coriandre haché
3 càs d'huile d'olive
4 oeufs (optionnel)

Préparation:
Assaisonner le bœuf de sel et poivre (et éventuellement persil haché). Former des boulettes de 4cm.
Mélanger les épices avec la sauce tomate.

Tajine-Kefta-1  Tajine-Kefta-2  Tajine-Kefta-3  Tajine-Kefta-4

Tajine-Kefta-5  Tajine-Kefta-6  Tajine-Kefta-8  Tajine-Kefta-9
Poser la sauce au fond d'un plat à tajine supportant la chaleur.
Disposer les boulettes par dessus, puis la coriandre hachée et 4 càs d'huile d'olive.
Cuire dans le plat à tajine couvert, une petite heure à feu moyen.
5 minutes avant la fin de cuisson, on peut casser des œufs dans le plat.

Tajine_Kefta-1  Tajine_Kefta-2  Tajine_Kefta-3  Tajine_Kefta-4

Servir avec du pain marocain, harissa, herbes fraiches en décoration.


Tajine_Kefta-5  Tajine_Kefta-7  Tajine_Kefta-8  Tajine_Kefta-10

Suivez CooknRoll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 19:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Cannoli au chocolat-cannelle de Zaabär

Cannoli-19-2

J’ai été invité à re-découvrir la chocolaterie belge Zaabär lors d’un atelier d’introduction au travail du chocolat!
Zaabär propose une très large gamme de chocolats dont la particularité est d’incorporer dans la masse des épices, petits fruits et herbes séchés, qui se marient harmonieusement à la variété de fèves utilisée pour flatter les papilles! Le nom Zaabär est une déclinaison du ‘bazar’ d’Istanbul, rappelant l’offre abondante d’épices proposées dans ce célèbre marché. Les tablettes sont de plus joliment emballées sous vide dans un packaging très design, assurant une bonne conservation du chocolat, et qu’il est très agréable d’offrir!

20160609_194733  GRE_2377  GRE_2255  GRE_2262

Particularité non négligeable du lieu: presque toute la gamme est en libre dégustation, ce qui permet de se faire une idée de ses préférences avant de repartir avec quelques tablettes sous le bras!
Mes variété préférées sont les déclinaisons de poivre, cardamome, piment, cannelle, et cette étonnante association avec la sauge.

GRE_2375  GRE_2257  GRE_2260  GRE_2366

GRE_2256  GRE_2362  GRE_2376  GRE_2378

Zaabär propose des ateliers public hebdomadaire (ou sur rendez-vous, pour un groupe de collègues par exemple) d’introduction au travail du chocolat. Ayat le maitre chocolatier du lieu nous explique d’abord le tempérage et le tablage de la masse de chocolat, avant de nous proposer de réaliser nos propres mendiants, tablettes, et truffes enrobées, le tout garni d’un choix de noix, fruits secs et… épices bien entendu! C’est intéressant, ludique, on ne manque pas de s’en mettre partout et de se lécher les doigts et babine, et surtout on repart avec nos créations joliment emballées, prêtes à offrir ou déguster à la maison!

GRE_2269  GRE_2272  GRE_2321  GRE_2325

20160609_193135  20160609_193032  20160609_191611  20160609_194429

 

Voilà l’occasion de vous reparler de mon dessert préféré, le cannolo sicilien! 
Depuis le jour (hum… 1995 quand même!) où ma copine Lynda ma embarqué dans une quête quotidienne des meilleurs cannoli de Rome, je n’ai eu de cesse de gouter cette spécialité chaque fois que j’ai eu la chance d’en trouver!
Les cannoli c’est bon parce que cette crème de ricotta est fraiche et onctueuse, qu’on y accède après avoir cassé une croute de biscuit croquant, parfumé et un tout petit peu gras, et qu’on découvre ensuite, selon les version, des pépites de fruits confits, de chocolat, de pistaches ou les trois en même temps!

J'avais commandé sur eBay des rouleaux à cannoli auprès d'un vendeur italien. Quelle ne fut pas ma surprise en ouvrant mon colis et en découvrant quatre vulgaires morceaux de bambou ! Renseignement pris, le Signore ma affirmé qu'ils avaient été spécialement traités par la Mamma afin qu'ils résistent à la chaleur de la friture et se détachent facilement du biscuit. Et en effet, ces rouleaux éco fonctionnent parfaitement et valent certainement la version aluminium ou Teflon qu'on trouve sur le marché !

Voilà donc, après avoir longtemps repoussé le moment fatidique, je me suis lancé dans la réalisation de ces cannoli, parce que j'avais très envie de les associer à mon chocolat Zaabär parfumé à la cannelle de Ceylan, absolument délicieux! Frais, fondants, et crémeux comme je les aime; plein des saveurs légères d'agrumes, de chocolat et de cannelle.

Cannoli-19-2

Ingrédients:
Pour la pâte:
300g de farine
30g de sucre
10g de chocolat noir à la cannelle (ou 1 càs de cacao en poudre)
1/2 càc de cannelle en poudre
1/2 càc de sel
30g de beurre à température ambiante (alternative: 3 càs d’huile d’olive)
2 oeufs
125ml de vin doux, ou de marsala
Huile de friture

Pour la farce:
500g de ricotta très fraiche
120g de sucre glace
1/2 càs de cannelle
1 gousse de vanille
1 citron (pour le zeste)
3 càs d'écorces d'oranges confites (*)

Pour la finition: Chocolat Zaabär parfumé à la cannelle de Ceylan en petits dés (1mm)
Ou encore: Pistaches non salées hachées, Ecorces d'oranges confites

Préparation:
Préparer la pâte en mélangeant les éléments secs, faire un puits, ajouter un œuf et l’alcool, mélanger, incorporer le beurre mou, pétrir un peu. Former une boule, emballer dans un film plastique et mettre au moins 2 heure au frais.

Etaler la pâte au rouleau, sur environ 2mm. Découper des disques de 8cm à l’emporte-pièce et leur donner une forme ovale avec le rouleau.
Enrouler chaque disque sur un tube à cannoli (préalablement légèrement huilé sur toute sa surface) et sceller précautionneusement la pâte sur elle-même avec du blanc d’œuf. Bien presser avec les doigts, le risque que la jointure ne se défasse à la cuisson est réel! Laisser sécher quelques minutes.

Cannoli-2  Cannoli-3  Cannoli-10 

Faire frire les tubes de pâtes quelques minutes à 180° en veillant à ce que toute la surface de la pâte soit en contact avec huile. Egoutter sur un papier absorbant. Laisser refroidir avant de démouler!
Conserver les tubes à température ambiante (se garde un ou deux jours sans problème).

Préparer la farce en fouettant la ricotta avec le sucre glace, la cannelle, et les graines de vanille. Zester le citron, émincer les zestes et les ajouter à la farce. Ajouter les écorces d'oranges hachées (facultatif).
Verser cet appareil dans une poche à douille et réserver au frais.

Avant de servir, farcir les rouleaux de farce à la ricotta, et tremper les extrémités dans le chocolat Zaabär à la cannelle concassé.

Cannoli-12  Cannoli-13  Cannoli-15 

(*) Ecorces d'oranges confites:
Peler les oranges à vif, récupérer la peau. Couper la peau en bâtonnets.
Mettre les bâtonnets dans une casserole, couvrir d'eau froide et porter à ébullition. Retirer du feu dès l'ébullition et jeter l'eau.
Répéter cette opération 2 fois.
Peser les écorces essorées, les remettre dans la casserole, couvrir d'eau froide à hauteur, et ajouter une quantité de sucre équivalente au poids des écorces.
Cuire une vingtaine de minutes à feu doux, couper le feu et laisser refroidir dans le sirop.
Egoutter (en gardant le sirop, délicieux en boisson allongé d'eau!!), et faire sécher les orangettes sur une grille environ 24 heures à l'air libre. On peut ensuite les enrober de sucre ou les tremper dans le chocolat ;-) 

Cannoli-17  Cannoli-19

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229



Posté par gbogaert à 09:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

10 juin 2016

Le bœuf irlandais

  Irlande

Je rentre d'un petit blogtrip de deux jours en Irlande, dans la région de Dublin, à la découverte de la gastronomie locale, et en particulier du bœuf irlandais. Celui-ci jouit d'une excellente réputation sur le marché belge, et j'étais très intéressé de découvrir les qualités de l'élevage et de la préparation de cette viande que l'on trouve désormais dans bon  nombre d'enseignes belges.

Ireland_BordBia-41 Ireland_BordBia-53 Ireland_BordBia-58

C'est Bernadette, représentante de Bord Bia, le bureau de promotion des produits alimentaires irlandais, qui nous a pris en charge sur place pour nous mener d'un pas dynamique et enjoué à la découverte des produits représentés par cette association, et du boeuf en particulier.

Qui a dit qu'il pleuvait toujours en Irlande? Alors que le reste de l'Europe est battu par une pluie continue, nous débarquons à Dublin sous un ciel bleu et un grand soleil qui ne nous quittera pas durant deux jours! Conditions idéales, la pluie (parce que oui, oui, il pleut quand même beaucoup par ici!) ayant auparavant bien arrosé la campagne pour la faire resplendir d'un vert éclatant!

Ireland_Bord_Bia (28)  Ireland_Bord_Bia (35)  Ireland_Bord_Bia (24)  Ireland_Bord_Bia (19)

Une visite à la ferme de la famille Hogans nous donne un bel aperçu de la façon dont les bêtes sont élevées par ici. Immense champ ou de beaux troupeaux de vaches rustiques Herreford et Angus paissent librement. Les bêtes sont belles, vraiment, et paisibles. Elles broutent une herbe grasse, d'un vert éclatant, et garnies de trèfle qui leur apportent un e foultitude de nutriments indispensables à leur développement harmonieux et - parce que c'est ce qui nous intéresse in fine - au développement de muscles au grain fin, et à la  structure persillée...

Ireland_Bord_Bia (14)  Ireland_Bord_Bia (21)  Ireland_Bord_Bia (25)  Ireland_Bord_Bia (29)

Deux à quatre mois par an les bêtes doivent être rentrées, quand les champs sont tellement détrempés qu'il n'est plus possible de les y laisser. Elles sont alors nourries de l'herbe fauchée et séchée aux beaux jours - l'ensilage - et complété par de la betterave et quelques grains produits sur la surface de la ferme. Pas de farines animales ici bien entendu, la qualité de la viande irlandaise doit tout à sa végétation riche et abondante! Et on nous promet qu'il en est de même dans toutes les exploitations de l'ile, de sorte que toutes les qualités de viande proposées à la vente bénéficient d'office de la richesse de l'alimentation des bœufs et génisses qui la fournissent. On évoque même ici une “transformation de l'herbe en viande”, et je n'ai pas de mal à adhérer à cette idée!

Ireland_Bord_Bia (23)  Ireland_Bord_Bia (32)  Ireland_Bord_Bia (38)  Ireland_Bord_Bia (8)

Tout est fait sur l'exploitation pour le bien être des animaux, et bien que loin d'être expert dans le domaine animalier, j'ai vraiment ressenti un environnement naturel et paisible. Tout est fait pour maintenir le niveau de stress au minimum lors du transport et de l'abatage des animaux nous dit-on, et bien que nous n'ayons pas assisté à cette étape du processus j'ai peu de mal à croire qu’on s’évertue à ne pas ruiner les mois et années de bons soins apportés aux bêtes!

Nous nous rendons aussi chez ABP Food Group, l'une des principales sociétés d'abatage et de transformation de viande irlandaise. La visite est très impressionnante. Photos interdites et c'est peut-être mieux comme cela, j'y aurais certainement laissé quelques ami(e)s. Impressionnant donc de se retrouver dans ces immenses sales de découpe, réfrigérées, où des dizaines de boucher aguerris découpent les quartiers de viande à la chaine. La précision et la rapidité de leurs coups de couteaux fait froid dans le dos! La viande débarrassée dès l'abatage de sa peau et des abats (qui seront bien entendu utilisés en tannerie et alimentation) est d'abord suspendue par la hanche, dans une position bien précise visant à allonger certains muscles qui fourniront une viande encore plus tendre ('Ultra Tender'). La viande est ainsi mise à maturer sur l'os dans de grandes chambres froides, pour une période minimale de 5 à 10 jours. Les carcasses sont ensuite envoyée sur cette véritable 'chaine de démontage' où les bouchers en retireront les découpes, triées et emballées dans la foulée. Une partie des quartiers est d'abord mise  en maturation dans d'autres chambres froides,  suspendues  dans un environnement à température et humidité très contrôlée - notamment par l'utilisation  de sel  marin irlandais  - pour une  durée  de 20 à 30 jours pour la distribution  classique, voire plus  pour les morceaux destinés aux boucheries  ou à la  centaine  de chefs étoilés  qui ne  jurent que par les  qualités de ces viandes d'exception.

Ireland_Bord_Bia (1)  BordBia (25)  BordBia (39)  Ireland_Bord_Bia (2)
BordBia (28)     Ireland_BordBia-21     Ireland_BordBia-34

Voilà, notre viande est maturée, découpée, triée, emballée sous vide sans additifs (offrant alors une couleur rouge-brun typique qui virera au rouge à l'ouverture, et assurant une conservation réfrigérée de 20 à 30 jours encore) ou sous atmosphère protectrice - en fait du CO2 pour la conservation et de l'oxygène pour lui garder une couleur bien rouge demandée par pas mal de consommateurs. Bien entendu les élevages qui fournissent les 7000 bêtes par semaine à ABP présentent des qualités différentes, et des races variées (Herreford et Angus en tête, mais aussi des croisements de ces races avec d'autres), et le produit fini présentera lui aussi une qualité variable en fonction de la race, la qualité intrinsèque de la bête et la maturation que la viande a subi, même si elle bénéficiera toujours de l'alimentation et de l'environnement exceptionnels des pâturage irlandais, assurant une qualité minimale de la viande au dessus de pas mal de standards! Standards (de qualité, alimentation, traçabilité, bien-être animal, …) qui sont audités par Bord Bia dans toutes les fermes tous les 18 mois… 

Ireland_Bord_Bia (5)  Ireland_Bord_Bia (43)  Ireland_Bord_Bia (44)  Ireland_Bord_Bia (49)

Voilà pour la théorie! Et en pratique, c'est bon? Non peut-être! On s'est régalés durant notre séjour, en particulier d'un rib eye (faux-filet) de Herreford absolument succulent et fondant en bouche, d'une pièce de Sirloin (aloyau) en cuisson longue, et d'un autre effiloché absolument excellent. J'aurais adoré déguster d'autres morceaux encore, et gouter à la tout aussi célèbre Angus, je rêve déjà de déguster à mon retour un beau t-bone ou un rib-eye d'Angus parfaitement cuit (au BBQ, si tu veux, mais comme ça alors)!

Au final, je rentre de ce voyage conquis par la qualité de la viande de bœuf irlandaise, persuadé que sa réputation est loin d'être usurpée et que l'industrie locale met tout en œuvre pour transmettre à la viande toutes les richesses des pâturages luxuriants de l'ile tout en respectant le bien-être des animaux qui la produisent.

Ireland_Bord_Bia (45)Ireland_Bord_Bia (53)Ireland_Bord_Bia (54)Ireland_Bord_Bia (92)

Un voyage autour de la viande n'est évidemment pas pour déplaire au carnivore (raisonnable) que je suis, mais l'Irlande a une foultitude d'autres produits de qualité à nous proposer, et nous profitons avant de rentrer de Bloom, un festival horticole organisé par Bord Bia avec un penchant certain pour la gastronomie locale également! Les jardins y sont magnifiques, logés dans un grand parc au cœur de Dublin, les plantes rares et bulbes certainement passionnants, mais c'est évidemment le Food Village qui mettra la bande de blogueurs et journalistes culinaires que nous sommes en émoi! Une cinquantaine d'exposants y proposent des dégustations de produits locaux, artisanaux et de grande qualité pour la plupart: jambon, saumons, shortbread, fudge, bières 'craft', whiskey et gins locaux, produits laitiers - beaucoup de produits laitiers! - légumes, confitures, et une multitude d'autres spécialités. Je retiens en particulier les petites pommes de terre Kennedy’s exceptionnellement parfumées (et - oui - avec 'un petit gout de noisette!), chips Keogh’s croustillantes et justement assaisonnées, et les huiles de grape seed (pépins de raisins) et cameline en première pression à froid, qu'on m'a hélas confisqué à la douane :-( Le 'soda bread' est célèbre et délicieux également - un pain traditionnel et rustique, levé au bicarbonate de soude, et garni de graines.

Ireland_Bord_Bia (70)  Ireland_Bord_Bia (93)  Ireland_Bord_Bia (86)  Ireland_Bord_Bia (89)

Ireland_Bord_Bia (75)  Ireland_Bord_Bia (82)  Ireland_Bord_Bia (81)  Ireland_Bord_Bia (76)

Je rentre de ce voyage absolument conquis par les produits du cru et avec la furieuse envie de revenir et de passer le temps nécessaire à découvrir la production de toutes les merveilles que nous avons entre-aperçu, l'agneau si réputé, les poissons pêchés au large de l'ile, les fumaisons et salaisons, et tous ces fromages que je n'ai pas eu l'occasion de gouter!

Ireland_Bord_Bia (96)  Ireland_Bord_Bia (100)  Ireland_Bord_Bia (113)  Ireland_Bord_Bia (115)

Ireland_Bord_Bia (110)  Ireland_Bord_Bia (106)  Ireland_Bord_Bia (104)  Ireland_Bord_Bia (118)

On se revoit bientôt, et en attendant je trouverai bien dans les commerces bruxellois de quoi me faire patienter, Bord Bia étant très actif dans la promotion et l'aide à la distribution des produits irlandais sur les marchés européens!

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 10:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 juin 2016

Citrons confits au sel

CitronsConfitsSel-21-2-2

Réaliser ses citrons confits au sel soi-même c’est trop facile! Il suffit d’un peu de patience pour obtenir de beaux citrons dont l’écorce confite viendra parfumer un tajine ou une farce!
J’ai profité de magnifiques citrons bio proposés par Efarmz pour suivre les bons conseils de Sandro!

Ingrédients:
6 Citrons bio ou non-traités
1 litre d’eau de source
250g de gros sel de mer sans additifs
Un bocal à conserves hermétique et stérilisé (15 minutes au four ou 20 minutes dans de l’eau bouillante)

CitronsConfitsSel-13-2  CitronsConfitsSel-20-2  CitronsConfitsSel-21-3

Préparation:
Laver les citrons et les inciser en croix jusqu’à 2cm de la base.
Disposer du gros sel dans les citrons. Placer les fruits au fond du bocal.
Répartir le reste de gros sel par dessus.
Faire bouillir un litre d’eau et le verser sur les citrons.
Fermer le bocal avec le joint souple.

Patienter 3 semaines, et conserver en cave jusqu'à un an!

Rincer les citrons avant d’en utiliser l’écorce, ou la totalité pour parfumer un tajine.

 

CitronsConfitsSel-20-2

  

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 19:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 juin 2016

Aubergines rôties de Marie, et son livre de recettes

Aubergine_Marie-28

Ma copifoodienaute Marie vient de publier son premier livre de cuisine, Marie Gourmandise Homemade Cooking aux éditions Racine!
Après avoir rencontré un beau succès avec son blog  culinaire, Marie elle a voulu prolonger le plaisir en couchant sur papier non seulement de jolies recettes dans la lignée de celles qui nous enchantent sur son blog, mais aussi l’atmosphère si particulière qui nous fait y retourner!

Marie_Gourmandise_Homemade_Cooking (1)  Marie_Gourmandise_Homemade_Cooking (2)  Marie_Gourmandise_Homemade_Cooking (3)

Près de 200 pages de belles recettes, accessibles et qu’on s’imagine très bien faire vite fait bien fait en rentrant du boulot, à base d’ingrédients faciles à dénicher, clairement expliquées et illustrées de jolies photos lumineuses! Et pour les jours de fêtes, Marie nous propose même des idées de déco de table, des ambiance qu’on pourra facilement imiter ou reproduire pour la prochaine fête ! Bref, j’étais déjà très très fan du blog et de l’univers culinaire de Marie, je suis totalement séduit par son livre!

Marie_Gourmandise_Homemade_Cooking (6)  Marie_Gourmandise_Homemade_Cooking (5)  Marie_Gourmandise_Homemade_Cooking (4)

Et je n’ai pas attendu longtemps pour le mettre à l’épreuve avec cette recettes simple, saine, colorée et délicieuse d’aubergines rôties et fondantes, yaourt crémeux assaisonné et touches de grenade pour la couleur et le peps sous la dent: parfait!

PS(SSSSST) jette un oeil sur la page Facebook de Cookandroll dans les jours qui viennent, un petit concours Marie Gourmandise - Homemade Cooking est en préparation ;-)

Ingrédients (par personne):
1 belle aubergine
1 yaourt à la grecque (ici Fage Total 0%)
1/4 grenade
1/5 concombre
1/4 gousse d’ail
2 càs d’huile d’olive
Sel, poivre

Préparation:
Préchauffer le four à 180°.
Laver l’aubergine et la couper en deux dans la longueur (conserver le pédoncule). Tailler des losanges sur la surface de la chair, sur 2-3mm de profondeur.
Arroser d’une càs de très bonne huile d’olive, saler et poivrer, cuire 45 minutes à 180°.

Aubergine_Marie-2  Aubergine_Marie-8  Aubergine_Marie-17  Aubergine_Marie-13

Râper l’ail et le concombre préalablement épépiné. Extraire les grains de la grenade.
Mélanger le yaourt, concombre, ail, sel, poivre et 2 càc d’huile d’olive.
Poser ce mélange sur l’aubergine encore chaude.
Décorer de grains de grenade, un trait d’huile d’olive.

Aubergine_Marie-21  Aubergine_Marie-23  Aubergine_Marie-27

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

31 mai 2016

Poireaux brûlés Romesco

Poireau_Brule-21-2

Lors d’un récent voyage à Barcelone, Madame Ciao m’a fait découvrir une spécialité catalane: des calçots à la sauce Romesco. Ces légumes proches du jeune poireau sont cuits à même la flamme du BBQ, déshabillés de leur peau carbonisée, et dégustés avec une sauce aux tomates, poivrons et amandes.
Pas de calçots en Belgique, mais de beaux poireaux et une technique de cuisson d’Eric Frechon glanée sur le net: je vous propose ces poireaux brulés à la sauce Romesco en entrée tiède

Ingrédients:
1 botte de poireaux
Sauce romesco

Préparation:
Laver les poireaux, tailler la base et le vert, et les disposer dans un plat à four, côte à côte.
Poser le plat sous le grill du four et faire brûler les poireaux. Quand ils sont brûlés sur deux à trois couche, les tourner d’un quart et recommencer jusqu’à obtenir des légumes noircis sur toute leur surface.

Poireau_Brule-2  Poireau_Brule-4  Poireau_Brule-8  Poireau_Brule-11

Inciser le poireau sur sa longueur de façon à pouvoir facilement éliminer les couches de chair noircies.

Servir tiède avec une bonne quantité de sauce romesco.

Poireau_Brule-13  Poireau_Brule-16

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

19 mai 2016

Soda maison à la rhubarbe

Limonade_Rhubarbe_Pomme-14 

J’adore aller manger des rouleaux de printemps twistés à la sauce Knees To Chin! Ce petit resto de Bruxelles propose un choix de rouleaux plus sains, frais, et originaux les uns que les autres, à tremper dans les sauces coordonnées tout aussi originales... un régal!
Ce que j’aime aussi chez Knees to Chin c’est la cannette de soda à la rhubarbe Cawston Press qui accompagne chacun de mes repas: frais, peu sucré, sans colorants ni concentrés, une boisson bien rafraichissante avec sa petite point d’acidité!
Donc bref, l’étiquette courte de cette boisson m’a donné envie de la refaire à la maison: eau pét’, pommes et rhubarbe bio, un coup de centrifugeuse et hop voilà une boisson délicieusement fraîche et pétillante à déguster sans modération!

Ingrédients (pour 1 litre de soda environ):
4 pommes bio (pour 80g de jus)
2 belles tiges de rhubarbe (pour 150g de jus)
60g de sucre
750g d’eau
Optionnel: 1/2 càc d’acide citrique en poudre
Ustensiles: une centrifugeuse

Préparation:
Passer les pommes et la rhubarbe nettoyées à la centrifugeuse, de façon à récupérer 80g de jus de pomme et 150g de jus de rhubarbe.

Limonade_Rhubarbe_Pomme-1  Limonade_Rhubarbe_Pomme-2  Limonade_Rhubarbe_Pomme-5
Limonade_Rhubarbe_Pomme-6  Limonade_Rhubarbe_Pomme-8  Limonade_Rhubarbe_Pomme-9
Dans un récipient (cruche, bouteille) d’un litre, mélanger les jus, le sucre et éventuellement l’acide citrique (pour un goût plus acide) jusqu’à ce que les matières sèches soient bien dissoutes.
Ajouter l’eau. Mélanger délicatement et déguster ou entreposer au frais.

 Limonade_Rhubarbe_Pomme-13  Limonade_Rhubarbe_Pomme-22

 Retrouvez et LIKEZ la page Facebook de Cook’n’Roll: facebook24

Posté par gbogaert à 09:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,