29 juillet 2017

Pain de viande au foin en cocotte

Pain-viande-foin-staub-19

L’évènement musical Tomorrowland bat son plein ce weekend encore, et la cocotte en fonte créée par Staub pour l’occasion m’a inspiré l’envie d’y cuire un pain de viande, enfoui sous le foin pour lui transmettre ses saveurs fraiches et noisetées!
Le résultat m’a ravi, la cuisson en cocotte couverte, au four, facilitant le transfert des saveurs délicates du foin vers la viande et gardant cette dernière bien moelleuse en conservant une bonne humidité dans le plat.

Ingrédients (pour 6 personnes):
700g de viande hachée porc et veau
1/2 oignon (rouge) haché finement
10 olives vertes dénoyautées et hachées grossièrement
3 càs d’herbes hachées (persil et basilic)
1 oeuf
3 càs de chapelure
Sel, poivre

Préparation:
Pain-viande-foin-staub-5  Pain-viande-foin-staub-7  Pain-viande-foin-staub-9  Pain-viande-foin-staub-11

Mélanger l’oeuf et la chapelure. Ajouter tous les autres ingrédients et bien mélanger (avec les mains c’est bien plus efficace!). Rectifier l’assaisonnement. Pour le tester, je prélève une boulette de viande et la cuis 30 secondes au micro-ondes pour goûter!
Former une boule.
Préchauffer le four à 190°.

Poser une couche de foin dans le cocotte et poser la viande par dessus. Poser encore une couche de foin et couvrir la cocotte. On peut lutter (je ne l’ai pas fait ici) ou poser des bandes de papier absorbant humidifié sur le rebord de la cocotte avant de la couvrir, pour former un joint hermétique.

Cuire 50 minutes au moins. Vérifier l’appoint de cuisson.

Pain-viande-foin-staub-12  Pain-viande-foin-staub-39
Suivez Cook’n’Roll sur instagramlogoonbluebackground370x229 et facebook21

Posté par gbogaert à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

09 juillet 2017

Cuisson du boeuf à la poêle inox

boeuf-poele-inox-demeyere-26

Dans le cadre de mon partenariat ‘Ambassadeur Demeyere’ (je t’en parlais ici), j’ai reçu une très belle poêle en acier inoxydable de la gamme Proline. Une acquisition que je voulais faire depuis longtemps, après avoir préféré longtemps réaliser mes cuisson dans des ustensiles de moindre qualité et surtout antiadhésifs!
La qualité des matériaux utilisés dans les poêles Demeyere n’est plus à démontrer: ici sept couches de métaux composent le corps de la poêle, jusqu’à ses bords, assurant rigidité (garantie 30 ans!), conductivité parfaite de la chaleur, réactivité, et celà sur tous types de feux y compris l’induction!
Déjà convaincu par mon wok et un poêlon construits dans les mêmes matériaux, j’étais encore réticent à cuire une pièce de viande dans une poêle dépourvue de toute matière antiadhésive...
Le truc pour vaincre cette appréhension m’avait déjà été donné par Carlo chez Mmmmh! il y a quelques années, et confirmé lors d’une démonstration dans les ateliers de Demeyere: une viande déposée dans la poêle très chaude se décollera d’elle-même après quelques minutes de cuisson, une fois que la température de surface de l’aliment s’équilibre avec celle de la poêle… magique!
J’ai donc tenté l’expérience avec un faux-filet de boeuf bien épais, cuit (dans un premier temps) sans matières grasses; celles-ci n’entrant en jeu qu’en fin de cuisson pour venir ‘nourrir’ la viande déjà bien saisie, et permettant dès lors l’utilisation de beurre qui à ce stade de la préparation ne risque plus de brûler!
Bref, je t’explique tout ça en détails, et de mon côté je suis absolument convaincu par ce mode de cuisson, et quel plaisir de cuisiner avec un outil d’une telle qualité, robuste, efficace, (un peu lourd!), et très versatile: il passe d’un feu à l’autre et termine au four pour affiner une cuisson ou garder le plat bien chaud!

Ingrédients:
1 faux-filet de boeuf (3cm d’épaisseur environ)
2 gousses d’ail
3 branches de romarin (ou thym, ou pas)
4 càs de beurre
Sel, poivre du moulin

Préparation:
Sortir la viande du frigo au moins une heure avant la cuisson. Saler les deux côtés en massant un peu.

Poser la poêle sur feu vif. La poêle doit être très chaude: en y projetant des gouttelettes d’eau du bout des doigts celles-ci doivent rouler sur la surface de la poêle comme des billes (si la poêle n'est pas assez chaud, les gouttes d'eau s'écrasent et s'évaporent dans d'atroces soufrances).

boeuf-poele-inox-demeyere-1  boeuf-poele-inox-demeyere-5  boeuf-poele-inox-demeyere-7  boeuf-poele-inox-demeyere-8
Poser la viande sur la poêle très chaude. Elle se colle instantanément au métal; ne pas essayer de la détacher! Au contraire, on peu appuyer un peu pour s’assurer que toute sa surface est bien en contact avec la poêle. Réduire un peu le feu.
Patienter 3-4 minutes sans déplacer la viande.
Retourner la viande qui se détache maintenant sans difficulté de la surface de la poêle.
Cuire la seconde face 3-4 minutes également.

boeuf-poele-inox-demeyere-9  boeuf-poele-inox-demeyere-14  boeuf-poele-inox-demeyere-20  boeuf-poele-inox-demeyere-17
Sortir la viande de la poêle (couper le feu) et laisser reposer 5 bonnes minutes à température ambiante (ou au four à 50°), pour que les jus se re-déploient dans les tissus et que la chaleur s’harmonise dans la pièce de viande.

Remettre la poêle à chauffer, à feu moyen. Y déposer le beurre, le romarin, et l’ail grossièrement écrasé du plat de la main.
Poser la viande et cuire 2-3 minutes de chaque côté en arrosant la surface du faux-filet avec le beurre chaud (pour se faire, incliner régulièrement la poêle, récupérer une cuillère de beurre fondu et sucs, et répartir sur la viande).

Laisser reposer la viande deux minutes, trancher et servir!

boeuf-poele-inox-demeyere-23  boeuf-poele-inox-demeyere-25 
Suivez Cook’n’Roll sur instagramlogoonbluebackground370x229 et facebook21

Posté par gbogaert à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
08 mars 2017

Stoemp aux poireaux, oeuf parfait

Stoemp-Poireau-Oeuf-36

Dans le cadre de mon partenariat avec Demeyere, j’ai eu l’occasion de cuisiner pour la toute première fois avec une casserole à pression! Un ustensile de cuisine que je ne connais pas, un peu intimidant avec toute cette pression emmagasinée, mais une promesse aussi de cuisson rapide et respectueuse des vitamines et couleur des légumes. J’ai très envie d’y réaliser un bouillon, on me vante les échanges de saveurs intimes qui se produisent au cœur d’une casserole à pression. Ce sera pour plus tard, ce soir mon ket avait envie d’un bon stoemp (une potée, quoi) aux poireaux, que j’ai servi avec un œuf parfait(ement) cuit à 64,5° pour un blanc bien pris et un jaune pommade fondant.
Tu me crois si je te dis qu’on s’est régalé?! Qualité des poireaux et des pommes de terre primeur ou mode de cuisson pressurisé je ne sais pas, mais c’était juste très très savoureux!

Ravi en tout cas de cette casserole à pression, très simple d’utilisation et rassurante pour le néophyte que je suis, avec ses joints robustes, et valves de sécurité manifestement efficaces. La casserole ne peut mécaniquement pas être ouverte quand elle est sous pression, c’est rassurant.
La valve sur le couvercle sert d’indicateur de pression, et on peut choisir de cuire à 0,4 ou 0,8 bars en fonction des aliments. De même le largage de la vapeur en fin de cuisson se fait selon deux débits, au choix, là encore en fonction de la recette. Six litres remplis aux deux tiers, ça fait encore quatre litres de contenance, bien assez pour mes deux kilos de légumes qui nourriraient facilement quatre personnes!
Et comme toujours avec le haut de gamme Demeyere, les couches multiples ‘sandwich’ de métaux garnissant la base de la casserole assurent une conductivité optimale de la chaleur (je cuisinais au gaz ce soir), une grande réactivité sur induction (j’essaierai la prochaine fois!), et une très bonne résistance à la déformation de la base chauffante.

La cuisson dure 4 minutes! Oui mais… il a fallu une petite dizaine de minutes pour mettre l’engin sous pression (mais seulement deux à trois sur induction!), et cinq autres pour le vider de sa vapeur. Un stoemp en vingt petites minutes, ça me va!!
Je suis conquis!

Ingrédients (pour 4 personnes):
4 oeufs (ou huit, à toi de voir)
1kg de poireaux, blanc et vert tendre (garder le vert pour  une soupe); soit 4 gros poireaux
1kg de pommes de terre (grenailles ici)
150ml d’eau
40g de beurre salé (ou pas)
1/2 càc de sel
Poivre noir du moulin
Noix de muscade
Fleur de sel

Préparation:
Cuire les œufs 50 minutes (au moins) à 64,5° dans une grande quantité d’eau. Facile et (plus) abordable avec l’Anova Precision Cooker!
Faute de toute cette technologie, on peut remplacer l'œuf 'parfait' par un plus classique œuf mollet, cassé et cuit directement dans l'eau frémissante ou 4 minutes dans sa coquille.

Stoemp-Poireau-Oeuf-7  Stoemp-Poireau-Oeuf-4  Stoemp-Poireau-Oeuf-8  Stoemp-Poireau-Oeuf-12

Rincer soigneusement les poireaux et les couper en rondelles de 1cm. Peler les pommes de terre; les couper en quatre ou huit selon leur taille (j’ai laissé mes grenailles entières).
Déposer les poireaux et pommes de terre dans la cocote-minute (sur la grille perforée), avec 150ml d’eau.

Stoemp-Poireau-Oeuf-13  Stoemp-Poireau-Oeuf-16  Stoemp-Poireau-Oeuf-18  Stoemp-Poireau-Oeuf-20
Poser sur feu vif et attendre la mise sous pression à 0,8 bars (second trait rouge sur l’indicateur de ma Demeyere). Baisser le feu pour maintenir ce niveau de cuisson pendant 4 minutes.
Relâcher la pression en mode ‘normal’ (5 minutes environ pour vider la cassrrole de sa vapeur).
Ouvrir la casserole, retirer la grille, vider l'excès d'eau, ajouter le beurre, le sel, et le poivre et écraser grossièrement les légumes.

Stoemp-Poireau-Oeuf-25  Stoemp-Poireau-Oeuf-26  Stoemp-Poireau-Oeuf-28  Stoemp-Poireau-Oeuf-29

Ajouter 1/2 càc de noix muscade moulue et rectifier l’assaisonnement.

Servir avec un oeuf parfait, fleur de sel, moutarde…
Stoemp-Poireau-Oeuf-30  Stoemp-Poireau-Oeuf-39

Suivez Cook’n’Roll sur instagramlogoonbluebackground370x229 et facebook21

Posté par gbogaert à 09:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
22 janvier 2017

Côte à l’os Simmental de chez Dierendonck

Dierendonck

Ca y est, le moment tant attendu par les foodies bruxellois est arrivé: Hendrik Dierendonck a ouvert une superbe boucherie à Bruxelles! Dierendonck est notre boucher-star, officiant jusqu’alors au nord du pays, où il tient en famille deux boucheries et un restaurant (Carcasse, visité cet été et dont je vous parlais ici).

A Bruxelles c’est à deux pas de la place Sainte-Catherine qu’il s’est installé, dans un grand espace joliment décoré: superbes étals de viandes et charcuteries, largement visibles  depuis la rue avec cette grande devanture vitrée, salaisons et jambons suspendus et décorant l’entièreté du plafond, et au fond du magasin un immense frigo de maturation où les trains de bœufs maturés sont alignés en attendant d’être parés pour les clients les plus exigeants.

Dierendonck-Bruxlles-1  Dierendonck-Bruxlles-2  Dierendonck-Bruxlles-3  Dierendonck-Bruxlles-6

Dès mon arrivée ce train de côtes de Simmental de Bavière exposé en vitrine a attiré mon regard et ma gourmandise, avec sa chair rouge vif et joliment persillée de gras. Je venais découvrir le lieu et avais la ferme intention de repartir avec une côte sous le bras, à partager comme celle de chez Carcasse avec mon  mini-gourmet!
J’en profite au passage pour embarquer un peu de tête pressée (maison, bien entendu), de potjesvlees, et quelques tranches de jambon à l’os juste très très bon (“ça c’est du ‘vrai’ jambon” commente mon ket! Clairement à mille lieues de ce qu’on trouve en grandes surfaces…).

Dierendonck-Bruxlles-8  Dierendonck-Bruxlles-13  Dierendonck-Bruxlles-5  Dierendonck-Bruxlles-9
J’avais déjà entendu plusieurs fois Hendrik Dierendonck dispenser ses conseils de cuisson, et le très sympathique boucher qui s’est appliqué à parer ma côte de bœuf me les a encore bien répétés. Outre cette adresse fabuleuse, c’est cette dernière technique que je voulais partager ici, parce qu’elle nous a particulièrement bien réussi et demande peu de manipulations: cinquante bonnes minutes de cuisson au four à 50° avant de saisir la viande saignante mais déjà chaude à cœur, pour lui donner cette très appétissante coloration et ce supplément de goût qui se mariera à merveille avec la chair tendre et  juste cuite.

Dierendonck-Bruxlles-10  Dierendonck-Bruxlles-11  Dierendonck-Bruxlles-15  Dierendonck-Bruxlles-16
Une expérience, une gourmandise, une tendreté, une profondeur, un gras succulent, une longueur en bouche et en mémoire, une saveur unique et animale, “un petit goût de noisette”, un beau produit, un vrai régal, à refaire vite, très très vite!

Boucherie Dierendonck
24 rue Sainte-Catherine ; B-1000
02 669 59 00
www.dierendonck.be

Ingrédients (pour deux personnes):
Une côte à l’os maturée de Simmental de Bavière, ici de 850g environ
3 gousses d’ail
40g de beurre (salé)
Sel fin
Poivre du moulin
Fleur de sel
Accompagnement: légumes divers d’hiver (persil tubéreux, poireaux, petits navets, carottes, …), ail, petites pommes de terre, huile d’olive, sirop d’érable, sel, poivre.

Préparation:
Pour l’accompagnement, j’ai mis à cuire sur une plaque à four mes légumes avec un filet de sirop et un autre d’huile, ainsi que mes pommes de terre avec leur peau, une petite demi-heure à 180°, avant de refroidir mon four et d’y laisser les légumes lors de la cuisson de la viande à 50°.

Cote-a-los-simmental-dierendonck-3  Cote-a-los-simmental-dierendonck-4  Cote-a-los-simmental-dierendonck-5  Cote-a-los-simmental-dierendonck-6

Sortir la viande du frigo au moins une heure avant de démarrer la cuisson.
Saler les deux faces au sel fin.
Enfourner la côte sur une plaque à four, 50 à 60 minutes à 50 degrés.
Dans un poêle, faire fondre le beurre à feu moyen, avec les gousses d’ail grossièrement cassées du plat de la main.

Cote-a-los-simmental-dierendonck-7  Cote-a-los-simmental-dierendonck-8  Cote-a-los-simmental-dierendonck-9  Cote-a-los-simmental-dierendonck-11

Saisir la côte, d’abord sur ses tranches (quelques dizaines de secondes, puis 2 minutes sur chaque face. Pendant cette cuisson, arroser constamment la face supérieur avec l’excédent de beurre récupéré au fond de la poêle.

Trancher la viande (1cm) et servir tel quel, sans sauce ni fioritures, avec une volée de fleur de sel et encore un peu de poivre éventuellement, et quelques légumes rôtis.

Cote-a-los-simmental-dierendonck-13  Cote-a-los-simmental-dierendonck-17

Suivez Cook’n’Roll sur instagramlogoonbluebackground370x229 et facebook21

Posté par gbogaert à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
24 décembre 2016

Foie gras au poivre de Tasmanie

Foie_gras_poivre_Tasmanie-14

Après le foie gras en terrine et cet autre en cuisson basse température, je voulais essayer la technique de mon ami Mike (aux commandes de Flagrants Délices, il s’y connaît en fumage, séchage, et cuisson du foie gras!!), cette année. J’ai failli intituler cette recette ‘foie gras au torchon’, mais le torchon ici me semble plus décoratif et assurer le maintien de la forme du foie que lors d’une vraie cuisson ‘au torchon’ où le bouillon de cuisson entre en contact avec le foie au travers des mailles du tissu. Bref donc, une technique de cuisson facile et très pratique puisqu’il suffit de déposer le foie bien enveloppé dans de l’eau presque bouillante et... attendre!
Ravi du résultat, cuisson impeccable et le mélange de poivre de Tasmanie de Thiercelin et d’une goutte de Ginjinha (alcool léger aux grillottes) est juste divin! Ce poivre, une petite baie d’Australie en réalité, est légèrement poivrée et développe des arômes de fruits, de myrthe, et d’autres boisés proches du laurier: des saveurs peu envahissantes qui se marient à merveille avec le foie gras.

Un mot sur le foie: depuis le temps qu’on me vantait ses qualités je me suis décidé cette année à utiliser le foie IGP Sud-Ouest surgelé de chez Picard: absolument délicieux et très belle texture après décongélation ‘douce’ au frigo (18 à 24h), déveiné c’est bien pratique, et au rapport qualité-prix imbattable si on pense à l’acheter en promo quelques semaines avant les fêtes! Bref, un choix que je ne regrette pas une seconde et que je ré-itérerai  très certainement!

Pas de déveinage cette fois donc, mais si nécessaire vous trouverez des explications dans cette recette: Foie gras en terrine

Petit-Manseng

 

Pour accompagner ce foie gras, j’ai servi à Noël un blanc doux Petit Manseng du Domaine de Miselle, et on a s’est régalés avec ce vin de Côtes de Gascogne souple et frais aux notes de miel et d’agrume, peu sucré et s’accordant parfaitement avec le foie gras; un accord fort apprécié et que je n’hésiterai pas à ré-itérer, je vous le recommande!

 

 


Ingrédients:

Un foie frais de canard, entier (+/- 500g), déveiné
8g de sel fin
2g de poivre de Tasmanie Thiercelin
2,5cl de Ginjinha

Préparation:
Le cas échéant, faire dégeler le foie au frigo, de 12 à 24 heures.
Mettre le foie à température ambiante en le sortant du frigo 2-3 heures avant de commencer.
Séparer le grand du petit lobe. Les poser à plat, côté 'extérieur' ('membrane') sur le plan de travail.

Foie_gras_poivre_Tasmanie-1  Foie_gras_poivre_Tasmanie-3  Foie_gras_poivre_Tasmanie-4  Foie_gras_poivre_Tasmanie-5

Préparer un mélange de sel et poivre noir de Tasmanie moulu, et la Ginjinha. Saupoudrer la moitié du mélange sel/poivre et faire pénétrer en massant légèrement le foie du bout des doigts. Arroser de vin l'intérieur du foie, en en conservant une moitié pour faire de même sur la face extérieure du foie.
Refermer les lobes sur eux-même, de façon à reformer des lobes dont une bonne partie de la surface extérieure est encore couvert de membrane protectrice.
Assaisonner et arroser les lobes refermés.

Envelopper les foies dans un papier film, et rouler les extrémités afin de former un gros boudin. Envelopper d’un second film, puis emballer le foie dans un torchon de cuisine. Fermer les extrémités comme un bonbon, en serrant bien, et lier avec de la ficelle de cuisine.

Porter de l’eau à 94° dans une casserole. Sans thermomètre, on s’approche de 94° en coupant le feu à ébullition et en patientant 5 minutes.
Plonger le foie dans l’eau à 94° et couper le feu. Au besoin, poser un objet sur le foie pour le maintenir immergé.
Patienter jusqu’à ce que l’eau soit revenue à une température de 20°.
Sortir le foie et le plonger dans un bain d’eau froide. Ensuite, le mettre au frigo (sans le torchon mais en conservant les films plastique) pour 48 heures au moins (et jusque 5 jours).

Pour le service, sortir le foie une bonne demie-heure avant de servir, et trancher avec un couteau à lame fine plongé dans l’eau tiède et essuyé.

Foie_gras_poivre_Tasmanie-6  Foie_gras_poivre_Tasmanie-7  Foie_gras_poivre_Tasmanie-8  Foie_gras_poivre_Tasmanie-9 

En accompagnement, du pain de campagne et par exemple:
Chutney de figues au soja et Balsamique
Confiture de chicons et échalotes
Confiture de tomates vertes à la vanille
La confture d'oignons rouges de Tropea de MadameCiao

Foie_gras_poivre_Tasmanie-13  GRE_8798  GRE_8799

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 20:04 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

02 décembre 2016

Foie gras maison - trois cuissons


Les fêtes approchent, il est temps de penser à la préparation du foie gras!
Je te propose trois recettes de cuisson et deux accompagnements sur Cookandroll.eu :-)

Foie gras cuit à basse température  Foie gras en terrine
                      Foie gras cuit à basse température                                                                         Foie gras en terrine        


Foie gras au poivre de Tasmanie  Chutney de figues au soja et Balsamique  Confiture de chicons et échalotes 
           Foie gras au poivre de Tasmanie                                                          Chutney de figues                           Confiture de chicons

 

Suivez Cook’n’Roll sur instagramlogoonbluebackground370x229 et facebook21

Posté par gbogaert à 14:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
14 novembre 2016

Choucroute au jambonneau fumé

ChoucrouteJamboneau-14

Ca y est, l’hiver arrive, et avec lui ses plats plus roboratifs, plus gourmands! Quand EfarmZ a remis sa choucroute bio au menu, je n’ai pas résisté longtemps! Avec un jambonneau légèrement fumé et quelques pommes de terre goûtues, on s’est ré-ga-lés :-)

Ingrédients (pour 4 personnes):
1
Jambonneau fumé fermier
3 saucisses de Francfort
1Kg de choucroute bio
60g de jambon fumé (ou lard fumé bio)
500g de cornes de Gatte
1 oignon
2 càs de graisse de canard (ou oie ou beurre)
15-20cl de vin blanc sec
15-20cl d’eau
2 gousses d’ail
1 càc de thym séché
2 feuilles de laurier
15 baies de genévrier
Sel et poivre
Moutarde
Tierenteyn Extra

Préparation:
Dans une cocote, faire revenir sans coloration l’oignon émincé dans 2 càs de graisse de canard. Ajouter le jambon émincé en fins bâtonnets.

ChoucrouteJamboneau-2   ChoucrouteJamboneau-6

Ajouter la choucroute, mélanger, et mouiller avec un mélange moitié-moitié de vin blanc et d’eau (environ 15-20cl de chaque).
Ajouter les gousses d’ail en chemise (un coup du plat de la main pour les ouvrir un peu), le thym, le laurier, les baies de genévrier, sel et poivre.

Couvrir et faire mijoter à feu doux en remuant de temps en temps pendant 45 minutes (ajouter du liquide si nécessaire).
Poser les cornes de Gatte lavées dans la cocote, et continuer la cuisson 20 minutes. 
Ajouter le jambonneau et les saucisses dans la cocote, et cuire encore 20 minutes.

Servir avec un peu de moutarde.

ChoucrouteJamboneau-8   ChoucrouteJamboneau-17

 

 

 

Retrouvez Cook’n’Roll sur… Cook'n'Roll sur Google+

 

17 février 2016

Papillote de saumon et courgettes

Papillote_Saumon_Gambas_Courgette-16-2

Ah ça faisait longtemps! Un petit poisson en papillote c’est tellement pratique, tellement vite fait, tellement bon! Très pratique avec une bonne mandoline japonaise pour tailler des pommes de terre et courgettes en très fines tranches, qui cuiront au même rythme que le poisson dans un mélange de vapeurs...
Voilà me recette de ce soir, qu’on n’hésitera pas à customiser avec le contenu de son frigo!

Ingrédients (pour 2 personnes):
2 portions de saumon
4 gambas décortiquées
1 petite échalote
3 petites pommes de terre bio
2 petites courgettes bio
2 tranches de citron jaune
4 tomates-cerise
2 càc d’anchoïade (ou pâte d’anchois, en moindre quantité)
1 filet d’huile d’olive
Sel, poivre

Préparation:
Préchauffer le four à 200°.
Trancher les pommes de terre pelées, les courgettes, et l’échalote pelée en très fines tranches, idéalement 1mm (2mm pour les courgettes).
Sur un carré de papier cuisson, poser la moitié des pommes de terre sur une surface centrée de +/- 20 sur 12cm.
Parsemer d’échalote puis disposer les rondelles de courgettes par dessus.
Saler, poivrer et verser un filet d’huile d’olive.
Poser le filet de poisson et les gambas, les tranches de citron, les tomates-cerises épépinées, un peu d’anchoïade, sel, poivre, filet d’huile.

Papillote_Saumon_Gambas_Courgette-3  Papillote_Saumon_Gambas_Courgette-5  Papillote_Saumon_Gambas_Courgette-7  Papillote_Saumon_Gambas_Courgette-13
Fermer la papillote. Faire de même avec la seconde et enfourner 15 minutes au four à 200°. Vérifier l’appoint de cuisson et remettre éventuellement 5 minutes.
Déguster dans la papillote avec un petit verre de blanc!

  

Papillote_Saumon_Gambas_Courgette-21  Papillote_Saumon_Gambas_Courgette-16  Papillote_Saumon_Gambas_Courgette-24

 

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

Posté par gbogaert à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
12 décembre 2015

Foie gras cuit à basse température

FoieGrasBasseTemperature-9

Après avoir réalisé un foie gras entier cuit au four en suivant les conseils de Sandro aux ateliers C’est Moi Qui Cuisine, j’ai voulu cette année essayer la cuisson sous vide et à basse température. Le résultat est vraiment très savoureux, le foie ne rendant que très peu de gras, et la cuisson à 57° est uniforme et idéale!

La préparation et l’assaisonnement du foie est la même pour les deux types de cuisson, je vous détaille donc ci-dessous la méthode de déveinage apprise chez Sandro, et la techniques de cuisson sous vide à basse température.

Bon, évidemment ce mode de cuisson demande un peu de matériel, notamment un bain marie ou un thermo-plongeur... qui se démocratisent pas mal ces derniers temps!
Pour une cuisson plus classique en terrine et au four, jette un oeil sur cette recette: http://www.cookandroll.eu/archives/2012/12/27/25993161.html

On peut expérimenter avec les assaisonnements, en gardant des quantités équivalentes. J'aime particulièrement jouer avec l'incroyable palette des poivres et baies poivrées de Thiercelin, poivre de Tasmanie et Voatsiperifery (Madagascar) ayant ma préférence pour leurs arômes parfumés et pimentés!

En accompagnement, je vous propose:
Chutney de figues au soja et Balsamique
Confiture de chicons et échalotes
Confiture de tomates vertes à la vanille

Ingrédients:
Un foie frais de canard, entier, de 550g 
8,25g de sel
1,65g de poivre noir moulu (poivre classique ou plus exotique et parfumé: Tasmanie, Timut, Voatsiperifery, etc...)
2,75cl de vin liquoreux ou alcool doux

Ustensiles:
Une balance de précision
Une sous-videuse
Un bain-marie à chaleur régulée

Préparation:
Déveinage du foie:
Mettre le foie à température ambiante en le sortant du frigo 2-3 heures avant de commencer.
Séparer le grand du petit lobe. Les poser à plat, côté 'extérieur' ('membrane') sur le plan de travail.

Prendre un lobe, repérer la source de la veine principale, et ouvrir le foie avec les doigts de façon à dégager la veine. Ne pas encore essayer de l'enlever. A l'aide des doigts et du manche d'une cuiller, dégager toutes les ramifications de la veine principale en 'ouvrant' peu à peu le foie; il va s'aplatir petit à petit sur le plan de travail. Veiller à ne pas percer la membrane extérieure. Quand la veine et ses ramifications sont bien dégagées, tirer dessus délicatement pour les dégager.
Une seconde veine 'principale' se trouve souvent un peu plus profondément dans l'épaisseur du foie: procéder de même pour l'enlever.
A ce stade, le foie est probablement abîmé sur la surface qui a été déveinée; ce n'est pas un problème puisqu'il sera ensuite refermé sur lui-même.

CMQC-FoieGras-3   CMQC-FoieGras-5   CMQC-FoieGras-8

Procéder de la même façon pour le second lobe.

Assaisonnement:
Préparer un mélange de sel et poivre noir moulu, et un alcool (vin liquoreux par exemple) en respectant scrupuleusement ces proportions: 15g de sel et 3g de poivre par kilo de foie; 5cl de vin liquoreux (ou 3cl d'alcool) par kilo de foie cru.

Saupoudrer le mélange sel/poivre ’et arroser de vin l'intérieur du foie, en en conservant une moitié pour faire de même sur la face extérieure du foie.

Refermer les lobes sur eux-même, de façon à reformer des lobes dont une bonne partie de la surface extérieure est encore couvert de membrane protectrice.
Assaisonner et arroser les lobes refermés.

Cuisson:
Envelopper les foies dans un papier film, et rouler les extrémités afin de former un gros boudin.
Poser le foie dans un sac, mettre sous vide, et sceller.

FoieGrasBasseTemperature-1   FoieGrasBasseTemperature-2   FoieGrasBasseTemperature-3

Cuire le foie 50 minutes à 57° dans un bain marie à chaleur constante.

Après cuisson, sortir le sachet et le plonger dans un bain d'eau froide pour stopper la cuisson. Laisser reposer une heure à température ambiante, dans le bac d'eau froide.

FoieGrasBasseTemperature-4   FoieGrasBasseTemperature-5   FoieGrasBasseTemperature-6

Mettre à maturer 2 à 3 jours au frigo avant de déguster.

Suivez Cook’n’Roll sur facebook25 et instagramlogoonbluebackground370x229

 

 

23 août 2015

Ustensiles - Robot Moulinex Cuisine Companion

Companion

Au début de l'été, Moulinex m'a proposé d'ajouter un de leurs ustensiles à ma batterie de cuisine: le Moulinex Cuisine Companion. Un peu sceptique à l'idée de m'encombrer d'une machine supplémentaire (j'ai déjà un joli robot américain et tous ses accessoires), j'ai accepté de lui réserver un espace sur mon plan de travail... avant de réaliser qu'il me serait probablement bien utile dans la maison de nos vacances, où la cuisine est largement sous-équipée!
Et je n'ai pas été déçu! Ce robot m'a grandement facilité la réalisation des repas familiaux. Je suis en général plutôt adepte du 'tout fait à la main' mais je dois avouer que le Companion est d'une grand aide dans la réalisation des cuissons ou préparations longues, qui peuvent être réalisées presque sans surveillance.

   Moulinex_Cuisine_Companion-15  Moulinex_Cuisine_Companion-21  Moulinex_Cuisine_Companion-22  Moulinex_Cuisine_Companion-23

Ceci grâce principalement au bol chauffant de l'appareil. Muni d'un mélangeur en fond de cuve, le Companion peut cuire de 30° à 130° sur de longues périodes en 'touillant' régulièrement et automatiquement afin que la préparation n’attache pas! Parfait pour des tajines, carbonades, fondues d'oignons ou de légumes, et plats mijotés, mais aussi pour réaliser un risotto: on passe sans effort du rissolage des oignons au mélange du riz avant de laisser la machine cuire le plat en mélangeant à notre place... le tout dans le même bol avec donc un minimum de vaisselle et d'ustensiles supplémentaires... royal!

Une autre utilisation m'a particulièrement bluffé, et j'en ai abusé: la réalisation de pâtes. A pain, a ciabatta, à fougasse, à pizza, à pissaladière, à flammekuesche: il suffit de disposer les ingrédients, de fermer la cuve, d'enclencher le programme adéquat, et d'aller prendre l'apéro! La grande cuve permet de préparer un pain à base d'un demi kilo de farine sans problème; la pâte sera successivement mélangée, pétrie, reposée à une température constante de 30° avant d'être dégazée et de pousser une seconde fois, facilitée cette fois encore par l'étuve régulée de la cuve... adieu la crainte des pièces trop froides et des courants d'air lors de la pousse. Le résultat est vraiment très bon, meilleur à mon avis qu'une pousse au four préchauffé.

Moulinex_Cuisine_Companion-3  Moulinex_Cuisine_Companion-4  Moulinex_Cuisine_Companion-5  Moulinex_Cuisine_Companion-6

L'appareil mixe également grâce à une lame 'ultrablade' très puissante et affûtée. La grande taille de la cuve rend néanmoins la découpe de petites quantités difficile, mais on s'en servira avec bonheur pour mixer un houmous (après avoir fait tremper et cuire les pois chiche dans la cuve!), hacher oignons et herbes qui seront ensuite 'fondus' dans la cuve avec un peu de matière grasse pour démarrer une cuisson. La même lame, couplée à la chauffe rapide de la cuve, permet de réaliser des soupes en un rien de temps et de façon tout à fait autonome: on rissole éventuellement les légumes dans le grand bol au préalable, puis on ajoute le bouillon avant de laisser faire le Companion qui cuira puis, si l'on veut, mixera la soupe...

Moulinex_Cuisine_Companion-9  Moulinex_Cuisine_Companion-10  Moulinex_Cuisine_Companion-2  Moulinex_Cuisine_Companion-29

La puissance réglable du mixer est réellement impressionnante: en cinq minutes à pleine vitesse on mixe finement un gaspacho avec quelques glaçons...

Une cuve qui chauffe, un thermostat (à 5° près), le mouvement régulier du mélangeur.... ça me fait penser à l'oeuf parfait tout ça!!! Alors pourquoi pas tenter de cuire des oeufs dans la cuve pleine d'eau et munie du mélangeur, à 65° pendant une heure?! Certes le réglage du thermostat ne se fait pas au 10ème de degré; mais cette petite expérience fut plus que concluante: des oeufs mollets cuits 'parfait', blanc bien pris et jaune chaud et épais, un résultat identique à une cuisson à 63-64° avec mon thermo-plongeur. Parfait pour un prochain brunch. Et je testerai prochainement la cuisson de volaille et poissons sous vide dans la cuve; je vous tiens au courant...

Moulinex_Cuisine_Companion-12  Moulinex_Cuisine_Companion-11 

Le Companion est livré avec un panier vapeur qui se pose simplement sur la cuve, qu'on remplit d'un fond d'eau pour former de la vapeur dans le bol. Cuisson saine et rapide!

Bref, au final je suis vraiment enchanté par ce robot! Il m'a été d'une grande utilité en vacances, et je continue à l'utiliser dans la préparation de mes repas quotidiens; vous en entendrez certainement encore parler au travers de mes recettes!

Moulinex_Cuisine_Companion-17  Moulinex_Cuisine_Companion-18  Moulinex_Cuisine_Companion-20  Moulinex_Cuisine_Companion-28 

Les avantages principaux que je lui trouve sont:
- Une cuve chauffante à température constante et réglable combinée au mélangeur/mixeur/malaxeur
- La grande taille de la cuve, bien adaptée à la réalisation de repas pour 4 personnes et plus
- Les programmes. J'utilise plutôt le programme manuel, mais j'avoue que pour certaines réalisations classiques il est très pratique de pousser un bouton et attendre que celà se passe!
- Le nettoyage pratique des pièces, en machine pour la plupart.
- Le livre de recettes très bien fait et très utile pour comprendre les bases de l'utilisation de l'appareil, qu'on déclinera ensuite selon ses envies. A noter Recettes Companion, une app Android (non supportée par Moulinex) très bien faite et qui reprend, en plus d'une pléthore de recettes, celles du livre Moulinex).

Ce que j’aimerait voir dans une prochaine version:
- Pas de pesée dans le bol; ce serait pratique!
- Je n'ai pas réussi à torréfier des noix dans la cuve; 130° n'étant probablement pas suffisant.
- Difficile de mixer des petites quantités (mais pour ça, rien ne vaut mon mixeur Indien)

Retrouvez une première recette réalisée au Moulinex Cuisine Companion ici!
D'autre suivront, sur le blog, vous les trouverez avec le hashtag 'companion' ;-)

  Retrouvez et LIKEZ la page Facebook de Cook’n’Roll: facebook24

Posté par gbogaert à 11:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,